demo-attachment-40-Path-4

Estimation d’une montre vintage gratuite et en ligne

Au sein de l’histoire des montres, qui se développe depuis la fin du XVème siècle, les montres vintage occupent une place particulière. Le qualificatif vintage est à l’origine une manière élégante de désigner les montres d’occasion. Aujourd’hui, le terme indique les montres de collection associées au XXème siècle, qui sont le plus souvent des montres bracelet.
montre-vintage-min
demo-attachment-366-Path_1348

Les montre bracelet vintage

Les montres bracelet apparaissent au début du XIXème siècle, lorsque les manches des femmes se raccourcissent. Il s’agit de véritables bijoux féminins de forme rectangulaire ou en amande, dont le cadran est masqué jusqu’aux années 1880. Le joaillier Cartier est pionnier dans l’introduction de montre bracelet en 1888. Les montres bracelet sont vues comme des objets de fantaisie, et en conséquent très mal considérées par les horlogers. Pourtant, les montres bracelet vintage se développent, et la maison Longines propose elle-aussi une montre bracelet pour dames en 1896. Omega franchit le pas en 1902, et diversifie la gamme en offrant des exemplaires pour hommes à partir de 1905. 

L’essor de la montre bracelet s’accentue avec les pratiques sportives du vélo et de l’automobile. La première guerre mondiale confirme cette transition. Pour un usage plus simple des montres dans les tranchées, des modèles à gousset sont même adaptés aux poignets en ajoutant un bracelet métallique ou de cuir.  

D’abord inspirées par les modèles de poche, les montres vintage des années 1900 sont généralement rondes. Progressivement, les artisans proposent de nouvelles formes de cadrans, et les types carrés, cintrés et allongés se diffusent. Les bracelets en textile et cuir se propagent, et adoptent généralement une fermeture avec boucle à ardillon. Edmond Jaeger met au point de la boucle déployante pour les montres Cartier en 1910. 

Dès le début du XXème siècle, le fondateur de Rolex Hans Wildorf prend conscience du potentiel des montres bracelet, et s’attache à en améliorer la qualité à partir de 1905. En 1914, les mécanismes se sont perfectionnés, et les montres bracelet Rolex sont aussi précises que les montres de poches. 

Les montres vintage des années 1920-1940

Les montres bracelet vintage sont véritablement fonctionnelles dans les années 1920. Les recherches portent alors sur les formes des cadrans, et sur l’élaboration de montres d’aviateurs. 

Les recherches formelles sur les montres vintage

Dans les années 1920, les maisons horlogères multiplient les recherches formelles sur les montres vintage. Les cadrans en forme de tonneau sont très prisés au début des années 1920. Cependant les lignes droites s’imposent avec la Grande dépression. 

A la période Art Déco (1920-1940), les montres se font plus sobres et fonctionnelles. Après le salon de l’automobile de Berlin de 1924, les formes carrées sont les plus courantes. Elles répondent ainsi au goût des acquéreurs pour la discrétion et l’ergonomie. Les cadrans « baguette » et « tonneaux » s’étirent pour former des rectangles. C’est à cette période que les ateliers de Vacheron Constantin proposent de petites montres de joaillerie de forme de rectangle allongé aux angles coupés. 

Les bracelets métalliques se diffusent. L’emploi de l’acier inoxydable donne ses lettres de noblesse au bracelet métallique dans les années 1930. On cherche par ailleurs à renforcer les cadrans, pour rendre les montres résistantes aux usages dans un cadre sportif. 

L’invention par Arthur Prosper Dubois de la montre cabriolet en 1914 correspond à cette volonté de protéger le mécanisme. Rapidement, la maison Cartier propose aussi une montre résistant aux chocs grâce à un cadran pivotant (1926). Jaeger-LeCoultre rejoint cette quête en 1931 avec sa montre Reverso, dont le système pivote sur lui-même en glissant sur son support. Cette dernière est élaborée pour résister aux chocs reçus durant les matchs de polo (1931).

La montre d’aviateur vintage

Au début des années 1920, Philippe van Horn Weems, lieutenant commandant de l’US Navy, met au point une montre-bracelet pour les aviateurs. Il la nomme la « montre angle-horaire ». Il s’agit de proposer une montre capable de déterminer la longitude d’un avion, et de définir l’angle horaire entre le méridien de Greenwich et le soleil. Rapidement, des manufactures se spécialisent dans la montre d’aviateur vintage, notamment IWC, Jaeger-LeCoultre, A. Lange & Söhne, ou encore Longines. IWC raffine cette montre d’aviateur en proposant un exemplaire doté d’un verre incassable (1935). 

Les montres vintage d’après-guerre : la quête de performance

Après la Seconde guerre mondiale, les montres vintage bénéficient des progrès mécaniques et numériques, et traduisent une quête de performance technique. 

Pour un usage plus fonctionnel, les montres rondes à cadran noir très visible se diffusent. Les mécanismes se miniaturisent, ce qui permet le développement des montres ultraplates. Les formes des montres s’allègent et s’assouplissent dès l’immédiate après-guerre. 

Dans les années 1950, les bracelets « marquise » aussi dits « esclaves » sont les plus diffusés. En ce qui concerne la lecture des aiguilles, les chiffres sont souvent remplacés par de simples traits à partir de 1955. 

Dans les années 1960, les montres vintage manifestent l’aboutissement des recherches pour un fonctionnement précis en conditions extrêmes. La mise au point du chronographe correspond à la quête de précision pour les Jeux Olympiques. La montre accompagne le développement des sports extrêmes, et on voit rapidement proposées des montres de plongée et des montres à altimètre pour l’escalade. Omega, qui s’intéresse à cette question, propose alors une triade constituée de la Railmaster pour les ingénieurs travaillant à proximité de champs magnétiques importants, la Speedmaster pour les sportifs et managers, et la Seamaster pour les adeptes de sports sous-marins.  

A partir des années 1970, les premiers exemplaires vintage qui intègrent les avancées électroniques apparaissent. Ainsi, Seiko présente à Tokyo la montre Quartz Astron 35SQ en 1969, qui dispose d’un circuit intégré et d’un affichage numérique. Cette recherche sur les performances numériques est encore celle qui anime les maisons horlogères aujourd’hui.  

Faire estimer gratuitement une montre vintage

L’estimation d’une montre vintage correspond à la rareté et à l’ancienneté du modèle, et est liée à son état de conservation et à la désirabilité de la maison qui l’a produite. Ce sont généralement les montres de luxe qui s’échangent aujourd’hui sur le marché de l’art. Bien qu’il s’agisse de montres de seconde main, les prix des montres vintage peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros. 

L’estimation dépend aussi souvent de la personnalité de son ancien propriétaire. Ainsi le record des ventes de montres a eu lieu à New York en 2020, avec la vente de la Rolex Daytona de Paul Newman pour 4,5 millions d’euros. Les montres s’échangent cependant le plus souvent pour quelques centaines d’euros. Les montres Cartier, Lip et Longines sont celles qui attirent le plus l’attention des collectionneurs.  

Le numéro de référence de la montre permet de préciser l’estimation. Ce dernier peut figurer sur le cadran de la montre, sous l’attache, ou bien sur le fond du boitier. 

Vous souhaitez faire expertiser une montre vintage et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Faites estimer une montre vintage en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Raketa, montre de l’expédition solaire soviétique, 1969

Comment se déroule l'estimation de votre montre ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.