demo-attachment-40-Path-4

Découvrez ici l'histoire d’Eugène Grasset et ses œuvres emblématiques.

demo-attachment-366-Path_1348

Eugène Grasset (1845-1917)

Eugène Grasset est un graveur, affichiste, décorateur, dessinateur et architecte franco-suisse.

Formé au dessin et à l’architecture, il clôt sa formation avec un voyage en Égypte qui marquera ses productions à venir. À partir de 1871, il fournit des modèles pour des manufactures de mobiliers, tapisseries, céramiques et joaillerie. Très vite, il reçoit de nombreuses commandes pour plusieurs projets d’aménagement, dont la salle à manger de l’hôtel de Charles Gillot, situé au 79 de la rue Madame (VIème arrondissement) à Paris, désormais déposée et reconstituée au Musée des Arts Décoratifs.

Grasset gagne très vite une renommée mondiale et révolutionne l’approche de l’Art nouveau dans les arts décoratifs avec une conférence qu’il donne à l’Union centrale des arts décoratifs en 1897. L’Art nouveau se caractérise par l’emploi de motifs issus du monde végétal, stylisés par des lignes courbes et sinueuses. Ce mouvement offre une vision vivifiante et mouvementée de la Nature. Dans la conférence intitulée simplement « Art nouveau » qu’adresse Eugène Grasset, celui-ci s’applique à prévenir ses contemporains contre une imitation sans aucune forme d’imagination, à bannir des industries de l’art. En effet, celles-ci se contenterait de reproduire des modèles anciens, sans faire preuve de nouveauté ou d’inventivité. Selon lui, ces industrices ne cherchent que le profit et s’adressent à une clientièle qui se sent à l’aise avec des modèles classiques. Cet art industriel, marqué par une spécialisation outrancière des ateliers, réduirait la place de l’imagination et de la création, et donc la possibilité de créer un “art nouveau”. Grasset encourage donc les artistes  à trouver de nouveaux modèles pour s’en inspirer. Cet art nouveau doit être fonctionnel mais servir les besoins de la société contemporaine en usant d’un « emploi raisonné de la matière ainsi qu’un usage des ornements tirés de la nature ». Grasset prône ainsi un art élégant mais tout à la fois fonctionnel et économique.

Les bijoux Eugène Grasset

L’implication d’Eugène Grasset dans la joaillerie passe par sa collaboration avec Henri et Paul Vever. La Maison Vever est, au XIXème siècle, une maison de haute joaillerie qui jouit d’une grande célébrité et qui met à l’honneur l’esthétisme de l’Art nouveau en utilisant le génie et le talent de créateurs tels qu’Eugène Grasset. Ce dernier leur fournit en effet des dessins exclusifs pour la création de bijoux.

Eugène Grasset et la Maison Vever  ont notamment collaboré pour l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Pour cet événement, Eugène a créé certaines de ses œuvres les plus emblématiques, comme la broche Apparition ou encore la broche Marguerite

Dans ces compositions joaillières, on retrouve un style propre à Eugène Grasset, avec des motifs inspirés de la nature et des lignes courbes d’inspiration Art nouveau. De plus, Grasset traite les figures féminines et la composition générale de manière japonisante, témoignant ainsi de son intérêt pour ce pays. Enfin, on retrouve également un goût pour l’historicisme inspiré par le travail de Viollet-le-Duc que Grasset a découvert en arrivant à Paris. Par exemple, pour la boucle de ceinture Syracuse, Eugène Grasset puise dans le répertoire numismatique et représente un profil féminin dans un médaillon, marqué par une esthétique antique.

Grasset, maître de l’Art nouveau

L’Art nouveau est un courant artistique né à la fin du XIXème siècle qui prend ses racines dans les arts décoratifs et l’architecture. C’est un mouvement de contestation en réaction à l’industrialisation croissante de la société. Ce courant souhaite un retour à la nature et prône ainsi sa beauté et sa vivacité dans toutes ses formes de représentation.  Il est caractérisé par des formes arrondies, asymétriques, qui reproduisent les mouvements de la nature. Les sujets sont donc souvent la végétation, les animaux, et les couleurs florissantes. 

Les dessins produits par Eugène Grasset pour la joaillerie se caractérisent par un chevauchement des éléments. Les motifs, puisés dans la nature, s’entrecroisent et confèrent à l’objet une forte unité. Les figures humaines se restreignent souvent à des visages ou des bustes, mais apparaissent parfois en pied. Des éléments corporels servent à encadrer les compositions, c’est notamment le cas des chevelures. Eugène Grasset représente l’eau de manière japonisante, grâce à des ondulations successives qui confèrent à l’ensemble une certaine profondeur. Les animaux représentés, notamment le paon, sont stylisés de sorte que ses lignes créent la forme générale du bijou. Les compositions d’Eugène Grasset peuvent s’avérer chargées et ainsi rappeler en ce sens l’opulence des objets d’art japonais. 

Les caractéristiques de l’Art nouveau se retrouvent dans les dessins que produit Eugène Grasset, qu’ils soient à destination de la Maison Vever pour des créations joaillières ou pour des projets d’architecture ou de mobilier d’art.

Comment reconnaître le style Art Nouveau ?

Le style Art nouveau est facilement reconnaissable. Durant le XIXème siècle, son influence se perçoit dans la peinture, dans les arts graphiques, dans l’architecture, sur le mobilier et même dans la joaillerie. Les dessins d’Eugène Grasset mêlent l’influence de l’Art nouveau mais aussi son intérêt pour le Japon et l’Égypte où il puise une partie de son inspiration. Les caractéristiques propres à l’Art nouveau résident dans l’emploi de motifs végétaux tels que la pâquerette, le trèfle, l’iris, l’hortensia ou encore le nénuphar. Les plantes et les fleurs encerclent ou encadrent les éléments représentés et permettent de créer des liens entre eux. Les compositions sont sinueuses et Eugène Grasset n’hésite pas à déformer les animaux qu’il convoque pour réaliser un ensemble sensuel et équilibré. Les couleurs utilisées sont également représentatives de l’esthétisme de l’Art nouveau : Eugène Grasset joue sur les nuances de bleu, de vert, de jaune, de violet et d’orange pour conférer à ses dessins une forte préciosité. 

La cote des bijoux Grasset

Les bijoux d’après dessin de Grasset sont rares et ne passent pas souvent en vente. Ce sont des pièces exceptionnelles. En revanche, une estampe de l’artiste est estimée entre 190 euros et 1 100 euros contre une fourchette allant de 300 euros à 2 000 euros pour un dessin. Les bijoux d’après dessin d’Eugène Grasset atteignent, eux, un montant bien supérieur. En 2020, la broche Apparition, qui représente deux visages sortant de l’eau, en or repoussé, émail cloisonné translucide et opaque, ivoire et topazes en cabochons a été vendue pour 96 600 euros. 

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.