Home » Domaines d’expertise » Estimation Cadres » Cadre de tableau ancien

Estimation gratuite de cadres de tableaux anciens

Les cadres de tableau évoluent fortement entre le XIIIème et le XVIIIème siècle. S’abord simples bâtis de bois, ils deviennent progressivement de véritables œuvres d’art en bois sculpté et doré. Les cadres anciens peuvent orner à la fois les tableaux et les miroirs. Ils dialoguent avec la composition, qu’ils mettent en valeur.
Estimation gratuite cadres anciens

Vous souhaitez faire expertiser un cadre de tableau ancien ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre cadre ancien en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Apparition des cadres anciens au Moyen ge

Les cadres anciens ont initialement une fonction structurelle. Il s’agit au Moyen Âge d’éléments de châssis qui maintiennent les panneaux de bois peints, empêchant ainsi leur déformation. Le peintre médiéval travaille sur le panneau déjà muni de son cadre. Au Trecento, la bordure est couverte de gesso et dorée, au mettre titre que le fond de la composition. Le cadre fait alors partie intégrante du décor, et ne peut être désolidarisé de la peinture. 

En raison de la diffusion des retables au XVème siècle et de l’agrandissement des compositions, on dissocie la réalisation du cadre et de la peinture. On peint désormais le tableau sur toile ou bois avant de fixer le cadre. Pour les polyptiques de grande taille, les cadres gagnent en monumentalité, devenant de véritables sculptures de bois.

Le tournant du XVIème siècle pour les cadres anciens

Au XVIème siècle, les cadres anciens connaissent une transformation majeure. Avec l’adoption du cadre à feuillure vers 1520, le changement de cadre devient plus aisé. La toile pouvant être insérée simplement, les cadres deviennent plus mobiles. Cette transformation correspond à la croissance de la demande pour des peintures portatives de petites tailles. Les cadres du XVIème siècle accompagnent désormais les évolutions stylistiques des arts décoratifs. 

L’Italie et les pays du Nord se distinguent comme principaux foyers de production de cadres. Tous deux adoptent le système à feuillure, mais l’ornement varie en fonction des sensibilités locales. 

En Italie, à la Renaissance, les cadres anciens deviennent de véritables écrins architecturaux. Pour les formats carrés, ils prennent souvent la forme d’un tabernacle, se présentant comme un édicule avec entablement et fronton. Les cadres a cassetta font également leur apparition. Les montants de ces cadres sont composés d’une bande plate prise entre deux moulures, imitant ainsi les entablements antiques. La bande plate du milieu permet l’ajout d’un décor peint ou en relief. Cette dernière forme est particulièrement prisée car elle correspond tant aux tableaux verticaux qu’horizontaux. En ce qui concerne les tableaux ronds, le cadre en tondo fait son apparition. Ce dernier cadre imaginé par Sandro Botticelli au XVème siècle reprend l’imago clipeata de l’Antiquité romaine. 

Dans les Écoles du Nord, les cadres sont également inspirés par l’architecture, mais se font plus sobres. Les tores et moulures des cadres imitent parfois les ornements d’architectures gothiques. D’autres forment une véritable fenêtre sur le monde, en trompe l’œil, faisant ainsi écho à la composition.

Le cadre ancien baroque

La période baroque est l’âge d’or du bois sculpté et doré, dans le mobilier comme dans les cadres anciens. La dorure permet de mettre en valeur le tableau, et d’accentuer les reflets de la lumière sur la composition. La dorure provoque par ailleurs des effets visuels nouveaux, et les motifs appliqués aux fers à réparer démultiplient les manières de réfléchir la lumière.  Ce sont désormais les ornemanistes et sculpteurs qui conçoivent les décors. 

En Italie, Florence et Venise deviennent les principaux centres de production de cadres aux XVIIème et XVIIIème siècles. Les cadres vénitiens se distinguent par la richesse des ornements, généralement des fleurs stylisées et perles. 

En France, sous le règne de Louis XIII, les moulures des cadres anciens s’enrichissent également. Elles sont parées d’un décor floral sculpté, en particulier de feuilles, fleurs, et houx. Les ornements s’élargissent sur les cadres Louis XIV. Les cadres sont sculptés de larges rinceaux de feuilles d’acanthes, et les jeux de fonds se multiplient. Les principaux motifs de fond sont alors le jeux de fou, grain d’orge, nid d’abeilles, et griffes de chats. Sous la Régence, le décor ornemental des cadres s’enrichit encore. On ajoute des coquilles sur les fonds dorés, et le nid-d’abeilles devient le motif de fond privilégié. Ce goût des cadres au décor de bois sculpté et doré perdure sous Louis XV, au moment où l’art rocaille se développe. Au début du règne du roi, la forme des cadres anciens dispose d’un boudin et d’une simple révolution. Progressivement, le décor ajouré apparait, et le cadre propose un boudin et une double révolution. Il s’agit désormais d’un véritable objet d’art, qui fait la part belle aux ornements disposés de façon asymétrique. 

Si la plupart de l’Europe suit le goût baroque, la Hollande se distingue au XVIIème siècle par le choix du cadre noir. En raison de la Réforme, le goût des collectionneurs va à une esthétique plus sobre. Les cadres noirs à décor guilloché sont alors très prisés. Le bois employé peut cependant être extrêmement luxueux. On emploie ainsi du bois d’ébène, en provenance des colonies, parfois imité par du bois de poirier noirci, et incrusté d’écailles de tortues. 

À la fin du XVIIIème siècle, l’éclosion baroque s’épuise. Les cadres sont d’un goût plus sobre et classique, inspiré de l’antiquité romaine. Sous Louis XVI, les ornements sont plus simples, et généralement en raies de cœur et perles et pirouettes. 

Avec l’emploi du stuc à la fin du XVIIIème siècle, on abandonne progressivement la technique du bois sculpté et doré. La signature des artistes disparaît alors des cadres.

Faire estimer gratuitement un cadre de tableau ancien

Le marché des cadres anciens a véritablement émergé au milieu des années 1980. La valeur d’un cadre varie en fonction de son époque, de son décor, de ses dimensions, de son état de conservation, et de son aspect esthétique. L’étude de la technique d’assemblage et la nature des bois employés permet de contrôler l’authenticité des cadres anciens. On vérifie en outre la qualité de la dorure. Ce sont les cadres italiens du XVIème siècle et les cadres baroques du XVIIème siècle qui sont les plus prisés des collectionneurs. Un budget de 2 000 à 6 000 € permet d’acquérir un cadre ancien, mais les enchères peuvent montrer jusqu’à 20 000 € pour les cadres les plus recherchés. 

Vous souhaitez faire expertiser un cadre ancien et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un cadre ancien en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.