Estimation et cote de l'artiste Alfred Boucher

Influencé par les néo-florentins, Alfred Boucher (1850 – 1934) inscrit son œuvre dans un style académique. Portraitiste renommé, il reçoit de nombreuses commandes de l’État comme de particuliers. Professeur généreux, le sculpteur découvre et encourage le talent de Camille Claudel. Il fonde La Ruche, des ateliers pour aider les jeunes artistes.

Estimation gratuite Alfred Boucher

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Alfred Boucher et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Alfred Boucher  en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

De Nogent-sur-Seine aux Beaux-Arts de Paris, la formation artistique d’Alfred Boucher

Alfred Boucher grandit dans la région de l’Aube, à Nogent-sur-Seine. Son père, Jules Boucher, est employé en tant que jardinier par l’artiste Joseph Marius Ramus. Cette heureuse circonstance permet à Alfred Boucher non seulement de manier la glaise, mais aussi d’être repéré très tôt pour ses talents artistiques. Le jeune homme devient l’assistant du sculpteur. 

Âgé de dix-neuf ans, Alfred Boucher intègre l’École nationale des Beaux-Arts. Il y suit l’enseignement de Paul Dubois et d’Auguste Dumont. À partir de 1874, il expose au Salon des artistes français à Paris. Il y montre sa statue L’Enfant à la Fontaine. Celle-ci représente un jeune garçon versant de l’eau avec une cruche. En 1876, Alfred Boucher obtient le second prix de sculpture au Prix de Rome avec Jason enlevant la toison d’or. Malgré sa seconde position, il parvient à séjourner en Italie de 1977 à 1878, avec l’aide financière de son professeur Paul Dubois.

La notoriété grandissante du sculpteur Alfred Boucher

La reconnaissance de ses pairs comme des institutions publiques s’accroit au fur et à mesure des salons. Alfred Boucher réalise des bustes pour une clientèle privée. Au Salon de 1878, il dévoile sa sculpture Eve après la faute. Cette scène biblique, montrant une femme assise sur un tronc d’arbre qui entoure sa jambe repliée d’une main et tient une pomme dans l’autre, a gagné une médaille de deuxième classe. Cependant, c’est en 1881 avec La Piété filiale qu’Alfred Boucher remporte le prix du Salon.

Dès lors, les commandes d’État comme celles des particuliers se multiplient. Mais auparavant, l’artiste séjourne une nouvelle fois en Italie, de 1883 à 1884. Avant de partir, il présente son élève Camille Claudel à son ami Auguste Rodin, qui l’embauche alors comme praticienne. 

Alfred Boucher réalise en 1886 sa statue intitulée Au But. Cette œuvre, certainement la plus célèbre, représente trois coureurs en plein effort. Les corps penchés des sportifs nus décomposent le mouvement. Cette sculpture bâtie sur le thème de l’olympisme remporte une médaille au Salon, puis à l’Exposition universelle de 1889. Sa hauteur de deux mètres lui confère une présence des plus imposantes. Des réductions en bronze, en marbre ou en grès de ses œuvres sont éditées, contribuant ainsi à sa notoriété publique.  

Alfred Boucher, portraitiste renommé en son temps

Alfred Boucher poursuit ses réalisations de bustes de personnalités scientifiques, artistiques et politiques. Il représente les auteurs Guy de Maupassant et Amédée Pichot, le chirurgien Louis Léopold Ollier, le roi de Grèce Georges Ier ou encore le président de la République française Jean Casimir-Perier. Parallèlement, Alfred Boucher se préoccupe de sujets sociaux comme avec ses sculptures Le Terrassier, Faneuse au champ ou La Petite Moissonneuse. D’autres œuvres abordent des thèmes plus poétiques, telle sa série des Volubilis. Le corps féminin y est idéalisé, empreint de grâce et de délicatesse. Le modèle sera décliné dans des poses et des matériaux variés. 

En 1889, Alfred Boucher travaille aussi bien à Paris que dans sa maison d’Aix-les-Bains. Il reçoit en 1900 le grand prix de sculpture à l’Exposition universelle. Deux ans plus tard, il crée le musée Paul Dubois – Alfred Boucher à Nogent-sur-Seine, qui deviendra le musée Camille Claudel en 2017. Soucieux d’aider les jeunes générations d’artistes, il leur aménage La Ruche, des ateliers situés à Montparnasse.

Après la guerre, le sculpteur reçoit des commandes de monuments commémoratifs, qu’il réalise entre autres en ciment armé. Il décède en 1934, à Aix-les-Bains.

À combien sont estimées les œuvres d'Alfred Boucher ?

Sur le marché de l’art, les œuvres d’Alfred Boucher sont principalement des sculptures. Les plus cotées peuvent atteindre des sommes avoisinant les 90 000 euros. En 2018, la sculpture en marbre intitulée Le Repos a été adjugée à 89 088 euros. L’année précédente, L’Hirondelle blessée a été vendue 79 621 euros et la statue intitulée Volubilis a été acquise pour 74 000 euros.
Cependant, les œuvres mises en vente récemment n’ont pas été vendues à de tels prix. Au cours de l’année 2023, Le Terrassier, en bronze, a été acheté à 466 euros. La Faneuse, en porcelaine, a récolté 150 euros pour sa vente. Au but !, en bronze, a été cédé pour 1 500 euros. Un buste de Jeanne d’Arc, en marbre, a cependant été vendu à 6 200 euros. 

Quelques peintures apparaissent dans les salles de vente aux enchères. Les prix peuvent égaler les 4 000 euros. Académie d’homme assoupi et assis, une huile sur panneau, a été vendue à ce prix en 2019. La même année, Modèle nu dans son atelier, également une huile sur panneau, avait été adjugée pour 1 200 euros.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.