Estimation Amédée Rosier : la cote du peintre la lagune de Venise et de ses tableaux orientalistes

Découvrez le parcours du peintre orientaliste Amédée Rosier. Besoin d’une expertise concernant Amédée Rosier ? Contactez l’équipe d’Estimonobjet ! 
Estimation Amédée Rosier

Vous souhaitez faire expertiser une oeuvre d’ Amédée Rosier et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une oeuvre d’ Amédée Rosier, et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit, et totalement confidentiel.

Les débuts d’Amédée Rosier dans la peinture à Paris

Amédée Rosier est né à Meaux en 1831. Le jeune homme s’installe par la suite à Paris, afin de recevoir l’enseignement du grand peintre Léon Cogniet, puis du fameux peintre de portraits mondains Carolus-Duran. Nous ne disposons pas d’une grande somme d’informations sur sa vie. Pourtant, en son temps, Amadée Rosier fut un peintre plébiscité, l’un de ces peintres voyageurs qui, entre Venise et Constantinople, nous ont offert, à l’instar de Félix Ziem, des vues marines inimitables et encore très prisées des collectionneurs. On retrouve Amédée Rosier au Salon des Artistes Français en 1857 avec la toile « Combat naval devant Sébastopol », une peinture d’histoire qui témoigne dès la première apparition de Rosier au Salon de son appétence pour les sujets de marine. Il poursuit dans cette veine en présentant, en 1959, la toile « La Flotte turque au bombardement de Sébastopol ». Avec les voyages d’Amédée Rosier en Orient et en Italie, cette prédilection pour les marines va se confirmer.

Amédée Rosier, peintre-voyageur orientaliste et spécialiste des marines

À partir de la toute fin des années 1950 et du début des années 1960, Amédée Rosier présente des tableaux orientalistes, à commencer par son « Constantinople soleil couchant » de 1964. Le peintre semble voyager en Italie, à Venise, puis en Orient, jusqu’en Turquie, et rendre ce qu’il voit. En 1865, il propose une oeuvre singulière, le paysage « Environs de Saint-Pierre et Miquelon (Terre Neuve) effet de nuit ». La même année, plusieurs toiles sur Venise laissent suggérer qu’il est dans la lagune. L’année suivante, des toiles prenant pour décor le port de Marseille, puis la Hollande, laissent voir son itinéraire de peintre nomade, à la recherche de paysages et d’inspirations variées. Amédée Rosier n’est donc pas uniquement classable dans les orientalistes. En 1968, c’est le tour de la Tunisie d’être dépeinte avec « Le lac d’eau douce à Tunis », suivie de « la pêche des moules à marée basse sur le port de Trouville ». L’étonnant Amédée Rosier mêle ainsi toutes les influences pour produire tour à tour des tableaux ciblant différentes destinations.Leur point commun est le colorisme délicat du peintre, auquel on peut rajouter l’obsession pour le paysage, qu’il soit marin ou pas.

Amédée Rosier prisé des collectionneurs et des critiques de son temps

L’insaisissable Amédée Rosier connaît un grand succès avec ses vues marines et ses paysages d’orient. Sur ses paysages orientalistes en Turquie, Gustave Gouellain explique dans la Revue de la Normandie (Tome Ier, 1862, Rouen, p. 732) à l’occasion de l’exposition internationale de Rouen, à laquelle participe Amédée Rosier : « Dans la série des paysages qui séduisent, à première vue, par l’accent du vrai, nous citerons ceux de M. Amédée Rosier, La Corne d’Or, Constantinople vu du Bosphore et les Environs de Tunis. Le soleil miroite sur ces eaux bleues presqu’aussi bien que dans une marine orientale de M. Ziem, le maître inimitable. » Plus de dix ans après cette critique flatteuse sur l’orientalisme du peintre, c’est sur ses marines vénitiennes qu’un autre critique fait l’éloge du travail d’Amédée Rosier, qui semble effectivement se concentrer sur la thématique de Venise dans les années 1870.

Amédée Rosier, la fascination de Venise

Voici ce qu’en dit Charles Yriarte en 1876, alors que la toile « La Lagune, le soir et Venise, le Grand Canal » est récompensée d’une médaille de troisième classe : « M. Amédée Rosier, qui avait débuté il y a bien des années par de charmantes petites études faites aux environs de Paris, est devenu amoureux de la lagune, et depuis quelques années il nous rend Venise, ses chatoiements et ses lumières, ses reflets et ses effets multiples. Le Canal de San Marco au crépuscule est une toile excellente, il a exprimé la poésie du ciel, de l’eau, et nous a fait retrouver la sensation idéale qu’on éprouve à glisser sur la lagune dans la gondole silencieuse à l’heure poétique où, vue de la pointe des jardins, « Venise la Rouge » dort encore. » (« Salon de 1876 », Gazette des Beaux-Arts, p. 30). Les collectionneurs se pressent pour acquérir ce genre de toiles de Rosier. On compte parmi eux le célèbre prince Demidoff, dont la collection de tableaux est restée célèbre, et qui acquit l’oeuvre intitulée « La lagune au jardin public le soir (Venise) ». Jusqu’à la fin de sa carrière, le peintre semble avoir orienté sa peinture vers le paysage de Venise. En 1889, Amédée Rosier est récompensé d’une médaille de bronze à l’Exposition Universelle. En 1896, à Chalons, qui propose une exposition régionale, aux côtés des paysages marocains de Louis-auguste Girardot, on retrouve des vues de Venise d’Amédée Rosier. Amédée Rosier décède en 1898.

L’estimation des oeuvres d’Amédée Rosier

Le record d’enchères pour une oeuvre d’Amédée Rosier a été atteint en 2006, lorsque la peinture « vaisseau américain devant Venise » (125 x 200 cm) a été adjugée pour 15 000 euros hors frais à Cannes.

Généralement, les marines de Rosier montrant Venise ou Constantinople sont estimées entre 5 000 et 80 000 euros selon leur datation, leur format, leur qualité. Ses dessins sont estimées selon leur degré de finition et leur sujet entre quelques centaines d’euros et 5 000 euros pour les gouaches et aquarelles représentant le paysage de la lagune de Venise.

(Illus.) Amédée Rosier – The Golden Horn with the Süleymaniye Mosque

Comment se déroule l'estimation de votre bien d'Amédée Rosier ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.