Estimation et cote de l'artiste André Devambez

André Devambez (1867-1944), de son nom complet André Victor Édouard Devambez, est un peintre, graveur et illustrateur français né le 26 mai 1867 à Paris. Chevalier d’honneur et détenteur du grand prix de Rome en peinture de 1890, sa notoriété s’est bâtie sur des peintures représentant la vie moderne fourmillante de vie, ainsi que sur des illustrations qui puisent autant dans le réel que le monde onirique.

Estimation gratuite André Devambez

Vous souhaitez  expertiser une œuvre d’André Devambez et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre d’André Devambez en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

André Devambez, une histoire familiale

Fils du célèbre graveur, imprimeur et éditeur Édouard Devambez (1844-1923), André Devambez gravite très tôt dans un univers artistique. En aidant son père à l’atelier de la Maison Devambez, dont celui-ci est le fondateur, le jeune garçon sait déjà qu’il veut être artiste. Au sein de la manufacture qui connaît un véritable succès, ils réalisent des menus, des papiers à lettres, des publicités et des impressions artistiques en tous genres. André Devambez se montre rapidement doué pour le dessin et décide alors de se former à l’École des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Benjamin Constant (1845-1902), puis à l’Académie Julian auprès de Gabriel Guay (1848-1923) et Jules Lefebvre (1834-1912).
En 1889, André Devambez expose au Salon des artistes français et décroche une médaille de 2e classe. Deux ans plus tard, il en devient membre du jury et obtient, la même année, le grand prix de Rome en peinture qui lui permet d’étudier durant quatre ans à la Villa Médicis. Cette place lui donne accès à des commandes officielles qui contribuent davantage à sa notoriété. Sur place, Devambez rencontre Adolphe Déchenaud (1868-1926), avec lequel il se lie d’amitié et dont il brosse le portrait. En 1911, l’artiste est fait chevalier de la Légion d’Honneur et réalise de nombreuses illustrations légères pour la presse, notamment L’Illustration, Le Figaro ou Le Rire.

André Devambez, des influences modernes

 

Sur les tableaux d’André Devambez, qui représentent principalement des scènes de la vie moderne, la vue plongeante caractéristique de son travail met en valeur des événements ou des lieux, dans lesquels grouille la foule. Les plans originaux de l’artiste sont inspirés du cinéma, de la photographie aérienne et de la bande dessinée. Quant à ses sujets de prédilection, l’artiste est attiré par l’histoire et le fantastique, qu’il fait parfois cohabiter, mais également la modernisation de la société. Les nouvelles inventions de son temps, comme l’avion, le métro ou l’aéroplane, qui deviennent des Dirigeablobus dans son imaginaire. Dans ses illustrations, c’est l’homme qui est un géant se dressant au-dessus de la foule et des bâtiments. Quel que soit son sujet, André Devambez se joue des contrastes entre l’immensité du cadre et les minuscules sujets qui fourmillent.
Les vues vertigineuses de André Devambez, quand elles ne concernent pas les paysages urbains et les inventions modernes, sont la plupart du temps chargées d’histoire. Le tableau Exposition de 1937, Vue de la Tour Eiffel exécuté en 1937 représente les dizaines de millions de visiteurs qui arpentent l’esplanade jusqu’au Trocadéro, au centre de deux pays en conflit, entre l’Allemagne nazie et l’Union Soviétique.

André Devambez, après la guerre

En 1914, alors qu’il est âgé de 47 ans, André Devambez est mobilisé. Il s’engage un mois après comme volontaire mais est gravement blessé en 1915 par les d’éclats d’obus qui laissent à l’artiste des séquelles à vie. Après un an de soins, il demeure affaibli et impotent, ne pouvant plus peindre que des petits formats. Puis, dans les années 1920, alors qu’il récupère ses capacités, André Devambez peint un grand triptyque qui illustre de façon poignante les horreurs de la guerre, mais aussi la douleur.
Des années durant, la guerre inspire énormément André Devambez. Il continue à illustrer des revues en parallèle puis devient enseignant à l’École des Beaux-Arts avant d’être élu membre de l’Institut en 1929, puis peintre officiel du Ministère de l’Air en 1934.

La cote des œuvres d'André Devambez

André Devambez a réalisé de nombreuses peintures mais également beaucoup de dessins et de gravures, incluant douze eaux-fortes en 1915 qui traitent de la Première Guerre mondiale. L’artiste a également écrit et illustré des livres, notamment pour enfants, et illustré des ouvrages célèbres.
Les lithographies et eaux-fortes d’André Devambez sont évaluées entre 10 et 2300 €. Ses dessins, estimés entre 150 et 8000 €, sont principalement des scènes de vie, des portraits ou bien des histoires oniriques qui illustrent les récits pour enfants. La fête des fées de 1921, estimé entre 6000 et 8000 €, a été vendu 9850 € en 2008. Quant aux peintures d’André Devambez, il faut compter entre 50 et 20 000 € pour une toile. Le tableau Le laboureur, estimé entre 6200 et 8200 €, a été adjugé 17 000 € en 2005.

Faites estimer une œuvre d'André Devambez

Vous souhaitez faire expertiser une œuvre d’André Devambez et recevoir son estimation ? Faites estimer une œuvre d’André Devambez en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel

(Illus.) André Devambez – L’Escorte du président Wilson, place Saint-Augustin (1918), huile sur toile

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.