demo-attachment-40-Path-4

Estimation Charles Durupt : sa côte et ses peintures romantiques

Le peintre Charles Durupt (1804 – 1838) est un artiste représentatif du mouvement romantique, contemporain de Victor Hugo, Hector Berlioz ou encore Alfred de Musset. Ses tableaux sont inspirés par les récits littéraires et les héros de légende. 

demo-attachment-366-Path_1348
DURUPT Charles - Manfred_et_esprit-min

Charles Durupt, peintre romantique

Charles Barthélémy Jean Durupt, dit Charles Durupt, est né en 1804 à Paris. Entré à l’École des beaux-arts de Paris en 1822, il y côtoie les peintres Félix Auvray, Paul Huet ou encore Pierre-Jules Jollivet. Charles Durupt est un élève d’Antoine-Jean Gros dit baron Gros, peintre néoclassique et préromantique. En 1827, Charles Durupt expose pour la première fois au Salon de Paris. Cette année-là, les classiques s’opposent encore aux romantiques. Le tableau de Paul Delaroche Mort d’Élisabeth, reine d’Angleterre, en 1603 remporte un grand succès tandis que La Mort de Sardanapale d’Eugène Delacroix scandalise le public. L’huile sur toile de Charles Durupt intitulée Flagellation du Christ ne s’y distingue pas particulièrement. Elle est destinée à l’église de Saint-Claude dans le Maine-et-Loire.
Prolifique, le peintre expose ses œuvres au Salon tous les ans, jusqu’à sa mort en 1838, à l’âge de trente-quatre ans.

Les thèmes des peintures de Charles Durupt

Présenté comme un peintre d’histoire dans le Dictionnaire des artistes de l’école française de Charles Gabet (1831), Charles Durupt, comme certains de ses contemporains, s’attache à représenter des scènes légendaires, qu’elles soient historiques ou littéraires. En 1832, il peint Manfred et l’Esprit d’après le drame en vers du poète britannique Lord Byron. Le héros, hanté par le souvenir de sa femme Astarté qu’il a lui-même tué, invoque les esprits pour oublier. Dans cette œuvre, Manfred est représenté, habillé avec soin comme à l’époque de la Renaissance, dans une pièce sombre. Une percée de lumière éclaire un personnage féminin, venant apparemment le hanter. Les détails, des bijoux aux globes terrestres posés sur la table, sont soignés. Le contraste entre l’ombre et la lumière est souligné. Quant au personnage de Manfred, il symbolise un homme à l’âme tourmentée et passionnée, un des héros romantiques par excellence. 

Cette même année, Charles Durupt exécute Henri III poussant du pied le cadavre du duc de Guise l’un de ses tableaux les plus connus. Cette toile représente la mort d’Henri de Lorraine, assassiné sur ordre du roi Henri III en 1588. 
Charles Durupt met en scène le même personnage en 1833 dans son tableau La Marquise de Noirmoutier cherchant à détourner le duc de Guise de se rendre à l’assemblée des États de Blois. Cette fois, le duc est représenté, billet en main glissé par sa maîtresse tentant de l’avertir, à l’hôtel de Condé. Il part sans le soupçonner se jeter dans un guet-apens. Son amante essaie de le retenir. Le duc de Guise, dont l’histoire écrite par Alexandre Dumas dans sa pièce Henri III et sa cour est donnée en 1829 à la Comédie-Française, fascine les romantiques.  

L’un des derniers tableaux de Charles Durupt représente un autre épisode historique, avec pour personnage principal le chevalier Bayard. Intitulée Bayard à Brescia, cette toile, peinte en 1838, représente le seigneur Pierre Terrail, surnommé le chevalier sans peur et sans reproche. Celui-ci s’illustre durant les guerres d’Italie. Charles Durupt le représente blessé à la cuisse. De retour de la célèbre bataille de Brescia, il est recueilli dans une maison de riche apparence. Dans cette peinture de genre, rappelant le style troubadour, une minutie particulière est apportée aux détails notamment sur les costumes du Moyen Âge. Au Salon de 1838, en même temps que ce tableau est présentée son œuvre Départ de Bayard de Brescia. Elle illustre la suite de l’histoire du chevalier, lorsqu’il prend congé de la maison de ses hôtes. 

La côte d’une œuvre de Charles Durupt

Peu d’œuvres du peintre Charles Durupt ont circulé sur le marché de l’art ces dernières années. Parmi les ventes sur le marché de l’art, en 2013, le Portrait de la famille Bastard, toile datée de 1832, représente un couple et ses deux enfants, dans une forêt. Il a été adjugé à 1 800 euros. Son tableau Retour de Guerre a également été adjugé au prix de 1 800 euros en 2018.

Par ailleurs, l’huile sur toile de Charles Durupt intitulée Portrait de peintre (1832), qui semble être un autoportrait, a été vendue en 2015 au prix de 9 000 euros. Plus récemment, en 2021, son tableau Bayard à Brescia, au sujet historique peint en 1838, a été vendu pour la somme de 6 500 euros. En 2022, les deux tableaux Portrait d’un abbé et Portrait de femme, datés de 1836 et formant une paire, ont été adjugés à 550 euros.

Vous souhaitez faire expertiser un tableau de Charles Durupt et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un tableau de Charles Durupt en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel. 

(Illus.) Charles Durupt Manfred et L’Esprit 1831

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.