Estimation des œuvres de James Pradier : sa cote et ses œuvres

James Pradier est célèbre pour ses sculptures néo-classiques et romantiques empreintes d’élégance et de grâce. Sculpteur reconnu par la royauté française, James Pradier enchaine les commandes et les succès.
Estimation gratuite James Pradier

Vous souhaitez faire expertiser une oeuvre de James Pradier et recevoir son estimation ?
Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une oeuvre de James Pradier en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Quelques mots sur James Pradier

Jean-Jacques Pradier, dit James Pradier, est un sculpteur franco-suisse né le 23 mai 1790 à Genève, en Suisse, et mort le 4 juin 1852 à Bougival, en France. Issu d’une famille modeste, James Pradier montre un talent précoce et est encouragé par ses parents à suivre une carrière artistique. En 1807, il entre alors à l’École des Beaux-Arts de Genève, où il étudie la sculpture sous la direction de François-Louis David Bocion. En 1808, James Pradier se rend à Paris pour poursuivre sa formation artistique. Il devient l’élève de Jean-Pierre Cortot et gagne rapidement en reconnaissance. En 1813, James Pradier remporte le Prix de Rome, puis réside à la Villa Médicis à Rome, avant de poursuivre et finaliser ses études. Pendant son séjour à Rome, James Pradier étudie les œuvres antiques et développe son style personnel, mêlant le Néoclassicisme à des éléments romantiques. À son retour à Paris, James Pradier devient l’un des sculpteurs les plus en vue de son époque. Il réalise des commandes pour la royauté, l’aristocratie et les institutions publiques. Il créé des sculptures de personnages mythologiques, de portraits, de monuments funéraires et d’autres œuvres sculpturales qui sont exposées dans des galeries et des espaces publics. En effet, dès 1824, James Pradier reçoit des commandes de rois, notamment pour la lignée des Bourbons et des Orléans. Il sculpte ainsi le buste de Louis XVIII et Louis-Philippe ou les victoires de Napoléon pour son tombeau aux Invalides. Son succès grandit, les commandes se succèdent et James Pradier obtient la Légion d’Honneur en 1828. En 1832, il est nommé professeur de sculpture à l’École des Beaux-Arts. Après son décès en juin 1852, James Pradier laisse derrière lui un héritage artistique durable.

L’œuvre gracieuse et délicate de James Pradier

L’œuvre de James Pradier pourrait reposer sur quatre aspects principaux : le souci du détail, l’élégance, la délicatesse et les émotions. En effet, James Pradier accorde une attention particulière aux détails puisqu’il est capable de représenter avec précision la texture de la peau ou les plis des vêtements, par exemple. L’exécution minutieuse de ces détails donne de la vitalité à ces sculptures. Les sculptures de James Pradier sont réputées pour leur élégance et leur grâce. Pour ce faire, James Pradier choisis des poses fluides et des lignes élégantes qui entraîne une impression de mouvement et de légèreté. James Pradier met ainsi de côté l’aspect austère du Néoclassicisme. Il travaille le corps humain de façon à montrer sa délicatesse, notamment celui de la femme en usant de drâpés ou de tissus fins pour faire transparaitre une certaine sensualité. Aussi, les créations de James Pradier sont empreintes de profondes émotions : la tristesse, la tendresse, la passion, la joie…

James Pradier, entre Néoclassicisme et Romantisme

Lorsqu’il débute sa carrière, James Pradier est influencé par le mouvement du Néoclassicisme. Il représente alors des formes héritées des idéaux artistiques de l’Antiquité. Ses premières œuvres présentent des lignes épurées, des proportions harmonieuses et une importante précision anatomique. Au niveau des sujets, James Pradier choisit des personnages mythologiques ou historiques, inspirés des œuvres classiques. Au fil du temps, James Pradier s’intéresse au Romantisme, en introduisant des éléments de ce mouvement qui privilégie l’expression des émotions et l’individualité. Il commence alors à créer des œuvres plus expressives avec des poses dramatiques. Ces sculptures, entre Néoclassicisme et Romantisme, traitent principalement de l’amour, la passion, la souffrance et l’héroïsme.

À combien sont estimées les œuvres de James Pradier ?

Aujourd’hui, les œuvres de James Pradier sont régulièrement présentées en ventes aux enchères. Les plus courantes sont les sculptures en bronze de l’artiste. Cependant, il est possible de trouver des sculptures en marbre ou des dessins de James Pradier à la vente. Les sculptures en marbre de James Pradier sont très recherchées dans les ventes aux enchères, et leurs estimations débutent à 10 000 euros et peuvent atteindre 70 000 euros. En février 2014, la sculpture en marbre intitulée Vénus au drapé, de 1850 et mesurant 60 centimètres, est adjugée à 20 600 euros. En novembre 2017, la sculpture en marbre de Carrare intitulée Après le bain, datée de 1844 et mesurant 160 centimètres, atteint le prix au marteau de 66 606 euros. Les estimations des bronzes de James Pradier, en plus grand nombre, avoisinent 6 000 euros. En mai 2023, le bronze Femme tenant un perroquet de 1842, mesurant 35 centimètres, est adjugé à 2 800 euros. En juillet 2023, le bronze Phryne mesurant 100 centimètres est adjugé à 7 005 euros. Quelques rares dessins de James Pradier sont parfois présentés en ventes aux enchères. Les estimations sont comprises entre 100 euros et 2 000 euros. En octobre 2021, le dessin au crayon intitulé Sketches for sculpture est adjugé à 214 euros.

(Illus.) James pradier

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.