Home » Estimation, Cote et valeur artiste » Jean-François de Troy

Estimation et cote de l'artiste Jean-François de Troy

Jean-François de Troy (1679-1752), est un peintre et dessinateur du mouvement rococo français. Découvrez ici l’histoire de Jean-François de Troy et ses peintures emblématiques du XVIIIe siècle. Besoin d’une expertise Jean-François de Troy ? Contactez l’équipe d’Estimon’objet !

Estimation gratuite Jean-François de Troy

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Jean-François de Troy et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Jean-François de Troy en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Jean-François de Troy, successeur de son père

Jean-François de Troy est issu d’une famille d’artistes du côté paternel. Son arrière-grand-père, Jean Ier de Troy, est peintre-vitrier à Toulouse. Son grand-père, Antoine Nicolas de Troy, est peintre de l’hôtel de ville de Toulouse. Son grand-père maternel, Jean le vieux Cotelle est également peintre. Son oncle, Jean de Troy, est peintre et professeur de dessin à Toulouse puis à Montpellier. Et il est le fils du portraitiste François de Troy. Pour sa culture artistique, son père lui conseille de séjourner en Italie. Et c’est ce qu’il fait de 1699 à 1706. Il y admire les grands Vénitiens de la seconde moitié du XVIe siècle tels que Véronèse et Le Tintoret. Deux ans plus tard, le 28 juillet 1708, il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture. C’est son propre père qui en est le directeur à cette époque. Jean-François de Troy a alors 29 ans et c’est entre les mains de son père qu’il prête donc serment…

Jean-François de Troy travaille auprès de la noblesse et d’une clientèle privée. Il en réalise des portraits flatteurs et il est en cela le digne héritier de son père. Mais, Jean-François de Troy parvient aussi à capturer un comportement plus détendu des classes sociales les plus élevées. Il donne à son modèle une attitude détachée. C’est bien ce que veulent ses commanditaires qui sont beaucoup de banquiers et de financiers prospères et qui représentent une nouvelle classe bourgeoise de la société. Ses compositions sont typiques du mouvement rococo : légères, gracieuses et élégantes. Il exécute plusieurs commandes royales et il réalise des illustrations parmi les plus représentatives du règne de Louis XV et de son savoir-vivre.

 

La carrière de Jean-François de Troy

Le 24 juillet 1716, il est nommé adjoint à professeur puis professeur le 30 décembre 1730. Le 15 novembre 1727, il s’engage à réaliser 35 travaux pour Monsieur Delalive. Entre 1724 et 1737, il travaille au palais de Versailles et au palais de Fontainebleau. Il crée des modèles de tapisseries pour la manufacture des Gobelins. En 1727, il est lauréat du grand concours organisé par le duc d’Antin, directeur des Bâtiments (conjointement avec François Lemoyne) pour son tableau Le Repos de Diane. En 1738, il est nommé directeur de l’Académie de France à Rome. Et le roi Louis XV en personne le nomme Chevalier de l’ordre de Saint-Michel. En 1743, il est élu « prince » de l’Accademia di San Luca, c’est-à-dire son directeur.

Il est aussi le successeur, en tant que directeur de l’Académie de France à Rome, de Nicolas Vleughels. Si sa carrière est d’abord facilitée par son entourage, Jean-François de Troy connaît ensuite un succès personnel. Il est l’un des plus importants peintres d’histoire de France de la première moitié du XVIIIe siècle. Il peint des sujets historiques, mythologiques, moraux, ou encore religieux. Il est également peintre décorateur. Il dessine des cartons de tapisseries. Il exécute aussi des scènes de genre singulières. On dit qu’il est l’inventeur des « tableaux de modes » par lesquels il donne une image fidèle et non railleuse des mœurs, des modes et des passe-temps de son époque.

Jean-François de Troy fait également évoluer la tendance des portraits allégoriques. Depuis le XVIe siècle, ces portraits sont appréciés et son père aurait été l’inventeur du « portrait mythologique ». Jean-François de Troy choisit de délaisser les attributs divins. Il fait ressortir le charme personnel des modèles qu’il peint. Il réalise aussi des portraits de famille. Et ce sont ces œuvres qui évoluent vers les scènes de genre.

Le style Jean-François de Troy

Jean-François de Troy s’inscrit dans la lignée des peintres tels que Antoine Watteau ou Nicolas Lancret pour ses représentations des scènes de la vie quotidiennes. Mais ses œuvres se distinguent de celles de ses contemporains qui peignent des scènes galantes ou encore de la peinture flamande du XVIIe siècle. Cette distinction est visible dans le rendu détaillé et méticuleux qu’il fait des meubles et des vêtements, ceux-ci révélant le statut social élevé des sujets. On remarque cette élégance dans Le Déjeuner d’huîtres par exemple. C’est le reflet d’une société mondaine et galante qu’il aime sincèrement fréquenter. On note notamment une teinte nacrée et argentée typique de la touche de Jean-François de Troy à partir des années 1710.

Dans Le Triomphe de Mardochée, on voit une grande composition théâtrale, une riche palette, une mise en page pompeuse et mouvementée. On ressent les influences de flamands comme Van Dyck et Rubens. C’est là une rupture stylistique d’avec son père qui réalise des portraits réalistes sur une mise en page sobre et dans une atmosphère grave. Jean-François de Troy admire les grands maîtres flamands et vénitiens. Son imagination est fertile, son exécution est rapide et ses coloris sont opulents. Il est un brillant maître décorateur. Il décède le 26 janvier 1752. Il aurait eu 73 ans le lendemain. Ses scènes de genre influencent ensuite beaucoup la peinture anglaise.

Faire estimer gratuitement une œuvre de Jean-François de Troy

On trouve notamment aux enchères des peintures de Jean-François de Troy adjugées à environ 1000 € jusqu’à plus de 100.000 € et des dessins jusqu’à plus de 50.000 €. Le 8 décembre 2022, l’huile sur toile La Lecture, signée et datée « DE TROY 1735 », mesurant 81,8 × 64,7 cm, s’est vendue à 2.789.920 €, à Londres. Le 1er juillet 2021, l’huile sur toile Saint Sébastien soigné par les saintes femmes, mesurant 120 × 94 cm, s’est vendue à 50.000 €, à Paris. Le 18 novembre 2020, l’huile sur toile L’Évanouissement d’Esther, signée et datée « De Troy filius 1714 », mesurant 80 × 101,5 cm, s’est vendue à 80.000 €, à Paris. Le 18 novembre 2020, l’huile sur toile Apollon et les muses, signée et datée « De Troy 1726 », mesurant 134 × 101,5 cm, s’est vendue à 100.000 €, à Paris.


Vous souhaitez faire expertiser une œuvre de Jean-François de Troy et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Faites estimer une œuvre de Jean-François de Troy en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.