Estimation et cote de l'artiste Joël Stein

Joël Stein (1926-2012) est un sculpteur et peintre de l’art cinétique, membre fondateur du G.R.A.V. 

Estimation gratuite Joël Stein

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Joël Stein et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Joël Stein en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

La formation du style de Joël Stein

Joël Stein se forme à l’Académie des Beaux-Arts de Paris, avant de rejoindre l’atelier de Fernand Léger. Il est alors en quête d’un style artistique personnel. L’artiste pratique la peinture, mais se découvre rapidement un talent pour la gravure dans l’atelier de Georges Vitat. Il privilégie la pointe sèche et le monotype de 1945 au début des années 1960, et fréquente alors les peintres et graveurs Georges Braque et Roberto Matta. 

À cette période, Joël Stein concentre sa recherche sur la délimitation des formes et des couleurs. Il cherche à adopter une démarche aussi rationnelle que possible. En 1956, l’artiste se tourne vers l’abstraction géométrique. Il réalise ses premières peintures fondées sur un système mathématique. Explorant le procédé mathématique, il conçoit en 1958 un labyrinthe bidimensionnel. 

Joël Stein s’intéresse alors fortement aux effets optiques et aux recherches de Victor Vasarely. Il souhaite encourager la participation du spectateur et rejoint le mouvement cinétique. L’artiste conçoit ses premiers reliefs manipulables en 1959. 

Joël Stein au sein du G.R.A.V.

Joël Stein partage ses recherches avec François Morellet, Julio Le Parc, Francisco Sobrino, Jean-Pierre Yvaral, et Horacio Garcia-Rossi. Ensemble, ils fondent le G.R.A.V., le Groupe de Recherche d’Art Visuel, pour proposer un art cinétique social, encourageant la participation du spectateur. En parallèle, Joël Stein nourrit ses recherches optiques de son travail pour le département de recherche cinématographique de l’ORTF. 

Au sein du G.R.A.V., Joël Stein se concentre sur les effets moirés en 1961. Dès l’année suivante, il focalise son attention sur la polarisation des couleurs en lumières parallèles, et propose des « jeux de trames ». L’artiste explore alors les jeux de lumière polarisée par des projections et par des objets manipulables. Ainsi, Joël Stein imagine des séries associant des ballons blancs et des miroirs sur lesquels il projette des faisceaux lumineux. Une interaction est proposée au visiteur, qui peut mettre en mouvement les boules. Joël Stein conçoit également à partir de 1963 des boites lumineuses de formes variables, que le spectateur est invité à manipuler. Ces boites, qui diffusent la lumière comme des kaléidoscopes, sont nommées « polascopes ».  

Les objets de Joël Stein ont un aspect ludique pour le spectateur. L’artiste réfléchit aux interactions possibles avec le public, et propose des objets pouvant être mis en mouvement, comme les tourne-disques, les trièdres et les kaléidoscopes. Il exploite notamment les effets lumineux provoqués par la superposition et la juxtaposition des matériaux. L’emploi de structures métalliques réfléchissantes encourage ces effets. 

En peinture, Joël Stein explore les transitions chromatiques à partir de 1966. L’artiste mène une réflexion autour des anneaux de Möbius, dont il reproduit et colore la structure, avec des œuvres telles qu’Anamorphoses II (1967).  Joël Stein s’essaie en outre au cinéma, et réalise en 1967 les effets spéciaux du film La prisonnière d’Henri-Georges Clouzot. Il crée également des dessins animés pour le centre audiovisuel de Saint-Cloud. Cette abondante production est présentée en 1967 lors de la première exposition personnelle de Joël Stein au Saba-studio à Villingen, en Allemagne. 

La lumière comme objet

À partir de 1968, l’aventure du G.R.A.V. s’arrête, mais Joël Stein poursuit ses recherches sur la lumière, qu’il envisage comme un objet tangible. Il propose au spectateur de contrôler les faisceaux lumineux à l’aide de miroirs, comme s’il s’agissait d’objets. Pour cela, il utilise les possibilités du laser dont l’intensité et la direction des rayons peuvent être modifiés. Les rayons sont alors concentrés, divisés, multipliés, et réfléchis dans l’espace par l’intermédiaire de panneaux de métal. Artiste reconnu, Joël Stein enseigne à l’École des Beaux-Arts de Paris à partir de 1969.

La cote des œuvres de Joël Stein

Les œuvres de Joël Stein, peu représentées sur le marché de l’art jusqu’aux années 2010, y circulent avec facilité depuis lors. Cet afflux nouveau témoigne du regain de l’intérêt des collectionneurs pour les artistes de l’Op Art. Les peintures, qui représentent 66% des ventes, s’échangent généralement pour 1 000 à 10 000 €. Les sculptures et volumes sont compris dans la même gamme de prix. Les estampes et multiples, plus accessibles, sont généralement acquis pour 100 à 500 €.  Le record des ventes a été atteint en 2021 par Variation chromatique (1966) une peinture adjugée pour 38 565 € (1 000 000 CZK ) à Brno, en République Tchèque. 

Vous souhaitez faire expertiser une œuvre de Joël Stein et recevoir son estimation. Estimer une œuvre de Joël Stein en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Portrait de l’artiste

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.