demo-attachment-40-Path-4

Léon Zeytline, peintre de la vie parisienne

Léon Zeytline (Paris 1885- Mulhouse 1962) est un peintre d’origine russe rattaché au courant du postimpressionnisme. Fasciné par le Paris de la Belle Époque, il en a fait son sujet principal en y consacrant plus de 500 peintures ou aquarelles. 

demo-attachment-366-Path_1348

La formation du peintre Léon Zeytline

Léon Zeytline nait en en 1885 à Paris. D’un père originaire de Crimée, émigré en France en 1870, le jeune Zeytline doit retourner en Russie pour des circonstances familiales. Il y reçoit sa 1ére formation artistique auprès d’un des maîtres de la peinture romantique russe Ivan Aïvazovsky (1817-1900). L’artiste, peintre de marines, lui enseigne des techniques académiques pointues et rigoureuses. Dés 1900 Léon Zeytline rejoint l’École de peinture, de sculpture et d’architecture de Moscou, où il bénéficie de l’enseignement des «ambulants» (1863-1890). C’est un groupe de peintres du réalisme critique russe en réaction contre les méthodes, les sujets et l’enseignement de l’Académie des beaux-arts de Saint- Pétersbourg. 

Diplômé en 1906, Zeytline rejoint Paris et se laisse immédiatement séduire par la couleur et la lumière des impressionnistes français qu’il admire, comme Degas (1834-1917) et Manet (1832-1883). Cependant Léon Zeytline conserve dans ses peintures à l’huile, l’extrême précision et la justesse de la technique caractéristique de l’École russe. 

Peintre très prolifique et libre, Léon Zeytline s’affranchit rapidement des dogmes du réalisme russe pour faire de la « Ville Lumière » son sujet de prédilection et devenir le grand témoin pictural du Paris de la Belle Epoque. 

Léon Zeytline, le peintre de la Ville Lumière

A Paris, le jeune peintre Zeytline est témoin de la parenthèse enchantée qui s’est ouverte à la fin du XXe siècle. Sublimée par l’électricité, la « Ville Lumière » devient la scène urbaine où se déploient les avancées technologiques, des progrès scientifiques et la créativité artistique. C’est cette effervescence moderne et enjouée que dessine inlassablement Zeytline. Contrairement à ses nombreux contemporains de la période postimpressioniste, Zeytline ne travaille pas pour des commandes mais peint librement tous ses sujets de prédilection. Léon Zeytline témoigne artistiquement de l’évolution des mœurs urbaines, des cafés à la mode, des cabarets enfumés, des grands boulevards haussmanniens où déambulent avec fierté des couples apprêtés. La touche énergique et la lumière chaude des peintures de Léon Zeytline participent au dynamisme de ses grandes scènes de vie en extérieur. 

Léon Zeytline, témoin artistique de la Belle Époque

Qualifié parfois «d’encyclopédiste de la capitale des arts» Léon Zeytline peint avec une précision quasi photographique et le sens du détail, les grands monuments parisiens, laissant ainsi à l’histoire les traces de la mémoire des monuments de son époque (Vue Panoramique des Quais de Seine , Le Pavillon de l’Exposition Universelle ou La Tour Eiffel et le Palais de l’Électricité ,Le Moulin Rouge).

Dans ses grands panoramas urbains aux perspectives élargies, Zeytline témoigne des modes de transports en constante évolution dans la capitale : du cheval au métro (Avenue de l’opéra, Les Champs Élysées) de la calèche au bus Schneider (Tramway, Calèches et Automobiles sur le Boulevard de Strasbourg) ou encore de de la bicyclette aux entrées de Métro Art nouveau d’Hector Guimard (1867-1942). 

Le peintre Léon Zeytline et «l’’ode à la parisienne»

La femme est un personnage central dans les œuvres peintes ou aquarellées de Léon Zeytline.

De l’élégante mondaine déambulant sur les grands boulevards à la femme parée de ses plus beaux attraits à la terrasse d’un café (Rêverie), les femmes de Zeytline incarnent l’éternel féminin (Divinités Devant le Flore). Zeytline a le don d’en saisir l’esprit et la mode de cette folle époque !

Tour à tour rêveuse, provocante, indifférente (Cabaret), charmeuse (Les Mots Doux) ou rieuse, c’est une ode à la féminité que le peintre Zeytline incarne dans ses peintures. 

Ces portraits grisants de parisiennes émerveillées ou encanaillées rappellent le traitement des célèbres figures féminines de Toulouse-Lautrec ou Degas. 

Si Léon Zeytline consacre une partie de son œuvre à fêter Paris et son nouveau mode de vie,  il peint également de nombreuses marines, des scènes intimes, et des scènes de club de Jazz aux États-Unis où il voyage en 1949. 

Léon Zeytline s’éteint à Mulhouse en 1962 où il résidait avec sa femme Anne-Marie Bisch depuis 1949. 

La valeur des œuvres de Léon Zeytline

La grande majorité des dessins et aquarelles de Léon Zeytline (plus de cinq cent œuvres identifiées) appartiennent encore aujourd’hui à des collectionneurs privés. 

Seuls les musées Carnavalet, de Hambourg et de Mulhouse possèdent quelques tableaux du peintre. 

La valeur des œuvres de Léon Zeytline a connu une hausse notoire ces dix dernières années. 

Ce sont ses peintures sur panneaux ou toiles qui constituent le plus grand nombre de ventes (trois cent soixante-huit peintures vendues et cinquante-quatre dessins et aquarelles). 

Ces dessins se vendent entre trente et quatre-vingt euros. 

Ces peintures sur toile s’acquièrent entre cent soixante euros et vingt-six mille euros, montant du record atteint par la vente d’une huile sur toile Scène de Bal en 2012 au Havre. 

En 2011, une importante vente aux enchères de peintures sur toile de Léon Zeytline a été organisée. Dix d’entre elles se sont vendues entre dix mille deux cent euros et vingt mille cinq cent euros. 

Les valeurs des marines peintes par Léon Zeytline ont connu également une hausse remarquable ces dix dernières années. 

Vous souhaitez faire expertiser un tableau de Léon Zeytline et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un tableau de Léon Zeytline en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Au restaurant, 1913 . Tzeytline, Léon , Dessinateur
Musée Carnavalet, Histoire de Paris

 

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.