demo-attachment-40-Path-4

Louis Anquetin, l’artiste inventeur du cloisonnisme

Louis-Émile Anquetin (Etrepagny 1861- Paris 1932) est un peintre, aquarelliste et dessinateur français. Il est à l’origine, avec le peintre Émile Bernard, de la théorie esthétique du «cloisonnisme».

demo-attachment-366-Path_1348

La formation du peintre Louis Anquetin

Né en 1861 à Etrepagny, Louis Anquetin est le fils unique et choyé d’une famille normande aisée. Très jeune, ses parents l’encouragent à se lancer dans la pratique du dessin. Dés 1882 il rejoint l’atelier du peintre Léon Bonnat (1833-1922) à Paris et se lie d’amitié avec Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) qui lui fait découvrir les cabarets Montmartrois. Quand Bonnat ferme son cours, ils rejoignent en 1883 un autre artiste académique, Fernand Cormon, peintre d’histoire (1845-1924), dont l’atelier va devenir un véritable creuset où se forment de jeunes talents aussi doués qu’Émile Bernard ou Vincent Van Gogh.

Les œuvres de jeunesse du peintre Louis Anquetin (1883-1886)

Les premières œuvres «réalistes» de Louis Anquetin entre 1883 et 1884 se caractérisent par des sujets simples et poétiques à la facture sobre La Tonnelle (1886). Sous l’influence de Cormon, les sujets deviennent plus grandiloquents, plus affirmés. Au printemps 1885, Anquetil séjourne auprès de Claude Monet (1840-1926) qui lui transmet sa technicité impressionniste. Les œuvres s’illuminent, s’affinent et sont empreintes d’une grande fraicheur comme dans ses peintures Paysage aux Trois Arbres ou Femmes dans un Paysage. Auprès de son ami peintre Émile Bernard, Anquetil commence à s’écarter de l’impressionnisme pour ouvrir la voie à des recherches rationalistes. Anquetil se met à peindre des huiles sur toile de facture purement pointilliste comme en témoigne le Kiosque Boulevard de Clichy (1886-1887). Émile Bernard et Louis Anquetil, avec leurs nouvelles recherches esthétiques vont pourtant contrarier l’essor du pointillisme. 

Louis Anquetin l’artiste inventeur du cloisonnisme (1887-1894)

En 1887, le Tout-Paris est en effervescence et le quartier Montmartre est l’épicentre de la modernité artistique. 

Van Gogh organise, en mars 1887, une exposition d’estampes japonaises au Cabaret « Le Tambourin» Boulevard de Clichy, qui a une influence majeure et durable sur les œuvres de Louis Anquetil. Le peintre trouve dans la pureté et la couleur du «japonisme» la réponse à l’impasse que lui pose le pointillisme. 

L’art du vitrail, par sa technique et son aspect décoratif inspire aussi Anquetil. 

C’est l’observation de deux tableaux de Louis Anquetil Le Bateau au Soleil Couchant et Les Chiffonnières du Pont de Clichy qui inspire au critique Édouard Dujardin la notion du « cloisonnisme». Dans la Revue Indépendante en mars 1888, il y consacre un article « Au premier aspect, ces œuvres donnent l’idée d’une peinture décorative, un tracé en dehors, une coloration violente et arrêtée, rappelant inévitablement l’imagerie et le japonisme. Le travail du peintre sera quelque chose comme une peinture par compartiments analogues au cloisonné, et sa technique consistera en une sorte de cloisonnisme. » 

La célèbre toile de Louis Anquetil L’Avenue de Clichy, Cinq Heures du Soir 1(887, Coll.°. Wadsworth Atheneum, Hartford, Connecticut) est une œuvre manifeste de son cloisonnisme. Les personnages se schématisent et la verticalité s’accentue, les formes sont cernées, et confèrent une vivacité et un dynamisme à la composition. L’utilisation de la monochromie devient un principe sensoriel qui renforce l’effet de l’aplat. Le cadrage original de l’œuvre est aussi un leitmotiv du cloisonnisme. 

En cette fin du XXe siècle, l’émulation artistique est à son comble et les influences sont réciproques. Il est vraisemblable que Van Gogh se soit inspiré de l’utilisation de la couleur d’Anquetil lors de ses différentes recherches dans son tableau Le Café à Arles (1888, Musée Kröller-Müller, Otterlo ). De même La Dame à la Robe Rouge de Paul Gauguin de 1891 s’inspire de La Dame en Rouge d’Anquetin de 1890.

Les œuvres cloisonnistes de Louis Anquetil sont très appréciées par la critique, en particulier ses femmes mystérieuses, comme Femme sur les Champs-Élysées de Nuit.

La période classique du peintre Louis Anquetin ( 1894-1932)

En 1894, Louis Anquetin voyage en Hollande et en Belgique avec Toulouse-Lautrec et Joseph Albert. Il admire les œuvres des grands maitres anciens, Rubens, Rembrandt, Hals et salue la fluidité et la brillance de l’huile sur la toile. Cette découverte majeure, quasi mystique, bouleverse Anquetin. Son art prend une tournure baroque comme dans le Duel de Darius et Alexandre peint à la toute fin du XIXe siècle. Il étudie aussi l’anatomie qu’il considère comme un gage de liberté. 

Le Combat, exposé au Salon en 1899, témoigne de cette radicalité qui rompt définitivement avec l’avant-garde. En 1901, Fernand Cormon invite Louis Anquetin à réaliser quatre portraits de grandes figures de la littérature: Balzac, Descartes, Rabelais et Alfred de Vigny pour l’hôtel de ville de Tours. 

A partir de 1906 Anquetin enseigne les techniques de la peinture à des étudiants, transmets ses connaissances dans des conférences et travaille sur des recherches sur les vernis avec le chimiste Marc Havel. En 1924 il publie l’ouvrage Rubens, dans lequel il étudie sa technique et analyse des tableaux de la Galerie de Médicis au Louvre. 

Quelques mois avant sa mort en 1932, Émile Bernard lui dédicace le portrait qu’il réalise de lui «Louis Anquetin, gage de ma plus profonde admiration».

Des œuvres de Louis Anquetin sont conservées au Musée du Louvre, Musée D’Orsay, de la National Gallery de Londres ou encore du Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. 

La valeur des œuvres de Louis Anquetin

Les toiles de Louis Anquetin sont rares sur le marché de l’art et suscitent un intérêt croissant des collectionneurs depuis quelques années.
Les estampes s’acquièrent entre soixante-sept euros et six mille euros. C’est le prix atteint pour une affiche Marguerite Dufay dans son Répertoire (1894) vendue à New York.
Le prix des aquarelles se situe entre soixante euros et trois cent mille quatre cent euros pour une des versions aquarellées de L’Avenue de Clichy (1887)
Le prix des pastels oscille entre cent euros et un million soixante-dix-sept mille euros. Record de vente toujours pour une version de la célèbre Avenue de Clichy.

Les huiles sur toile s’acquièrent entre cent euros et un million trois cent mille euros.
Ce sont les œuvres de la période du cloisonnisme , et notamment les portraits de femmes qui ont la plus grande valeur marchande.
3 œuvres ont dépassé les un million d’euros. Le record a été en 2020 avec la vente de l’huile sur toile Femme à sa Toilette de 1889 acquise à un million trois cent mille et soixante-trois euros à Londres.

En 2022, la toile L’Élysée Montmartre (1886) à l’histoire rocambolesque, a été acquise pour huit cent quatre-vingt-quatre mille euros à Clermont-Ferrand.

Vous souhaitez faire expertiser un tableau de Louis Anquetin et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un tableau de Louis Anquetin en quelques clics en et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel. 

(Illus.) Femme dans la rue, entre 1890 et 1932, huile sur toile, H. 145,0 ; L. 100,0 cm.

 © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay)

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.