Home » Estimation, Cote et valeur artiste » Lucien Levy-Dhurmer

Estimation et cote de l'artiste Lucien Levy Dhurmer

Né à Alger en 1865, Lucien Levy Dhurmer est un artiste de renommé pour son travail dans les domaines de la peinture, de la sculpture et de la céramique. Au XIXe siècle, il prend une place importante dans le mouvement de l’Art Nouveau en France. 

Estimation gratuite Lucien Levy Dhurmer

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Lucien Levy Dhurmer et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Lucien Levy Dhurmer en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Qui est Lucien Levy Dhurmer, peintre d’art contemporain

Lucien Levy Dhurmer est né dans une famille juive aisée à Alger, en Algérie, qui s’est enrichie dans le commerce des tissus. Son père, Abraham Lévy, est un négociant en textiles et sa mère, Salomon Lévy, est issue d’une famille d’artisans. Enfant, Dhurmer montre un grand intérêt pour l’art et la musique, et reçoit une éducation soignée. En 1878, la famille Levy s’installe à Paris, où Dhurmer poursuit ses études dans les écoles publiques de la ville, puis à l’École des Beaux-Arts, où il étudie au côté de Gustave Moreau. Bien que sa famille soit assez aisée, Dhurmer a dû travailler dur pour se faire un nom dans le monde de l’art, notamment en travaillant comme illustrateur pour des magazines tels que La Revue Blanche et La Plume. 

Vers la fin des années 1890, Lucien Levy Dhurmer se fait remarqué par Siegfried Bing, le célèbre marchand d’art et mécène de l’Art nouveau. Le marchant est directement séduit par le travail du peintre et lui commande plusieurs œuvres pour la décoration de la Maison de l’Art Nouveau, ouverte en 1895. Durant cette période, Dhurmer commence à se faire connaître du public parisien et construit sa réputation en tant qu’artiste de l’Art Nouveau. En 1895, le peintre est invité par Bing à participer à l’exposition d’art japonais et d’art nouveau qu’il organise.

En 1896, Lucien Levy Dhurmer expose ses premières peintures à la Société Nationale des Beaux-Arts de Paris. Cet élan lui permettra de participer et d’exposer au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne. Il reçoit notamment la médaille d’or lors de sa participation à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Au cours des années suivantes, le peintre reçoit des commandes bien spécifiques dont deux projets de décoration pour le Musée des Beaux-Arts de Rouen et la Cité Internationale Universitaire de Paris.

 Lucien Levy Dhurmer est très proche du milieu littéraire et artistique de son époque, il côtoie notamment le célèbre architecte Hector Guimard avec qui il partage ses créations ainsi que de grandes discussions sur l’Art Nouveau. Dhurmer était également ami avec le compositeur Gabriel Fauré, qui a composé de la musique pour certaines de ses œuvres, et avec l’écrivain Stéphane Mallarmé, qui a écrit un poème sur l’une de ses peintures. En dehors de son cercle artistique, Dhurmer est proche de sa famille, en particulier de sa sœur Marguerite, qui a souvent posé pour lui et est devenue un modèle récurrent dans ses œuvres. Il a également entretenu une correspondance régulière avec sa mère et ses sœurs, avec qui il est resté en contact tout au long de sa vie.

Les inspirations artistiques de Lucien Levy Dhurmer

Lucien Levy Dhurmer s’est inspiré de nombreuses sources pour créer son style unique, notamment de l’Art nouveau français, du mouvement symboliste et de l’esthétique japonaise. Il a également été influencé par les préraphaélites anglais et les artistes de la Renaissance italienne, en particulier Botticelli.

L’une des œuvres les plus célèbres de Dhurmer est Salomé, une peinture à l’huile réalisée en 1896, aujourd’hui conservée au Musée d’Orsay à Paris. Cette œuvre représente la célèbre danseuse biblique Salomé, qui selon la légende, a dansé devant le roi Hérode pour lui demander la tête de Jean-Baptiste sur un plateau. Dhurmer a représenté Salomé dans un style à la fois sensuel et mystérieux, avec un voile blanc qui couvre une partie de son visage et de son corps, laissant deviner une peau pâle et des yeux hypnotiques. La composition de l’œuvre est très travaillée, avec des motifs floraux et des arabesques qui rappellent l’esthétique de l’Art nouveau. Un fond doré vient évoquer les peintures de la Renaissance italienne. 

Au fil des ans, les critiques d’art ont salué le travail de Dhurmer pour son style unique et reconnaissable, qui combinait l’esthétique de l’Art nouveau avec des influences japonaises et symbolistes. Ses portraits sensuels et élégants ont été particulièrement appréciés, ainsi que ses paysages imaginaires qui semblaient flotter dans un monde onirique.

(Illus.) Lucien Levy Dhurmer, Le Silence, 1895, Pastel, Musée d’Orsay, Paris.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.