demo-attachment-40-Path-4

Lucio Fontana, fondateur du mouvement spatialiste

Lucio Fontana (1899-1968), peintre et sculpteur italo-argentin, est reconnu comme l’un des initiateurs de l’art conceptuel, et le fondateur du mouvement spatialiste. Il accorde une importance primordiale au geste créateur.

Lucio Fontana-min
demo-attachment-366-Path_1348

Lucio Fontana, sculpteur

Aux côtés de son père, sculpteur funéraire italien, Lucio Fontana se consacre à la sculpture. Après un premier apprentissage de la taille du marbre auprès de son père, il suit l’enseignement d’Adolfo Wildt, sculpteur symboliste, à l’Accademia di Brera à Milan.

Lucio Fontana se rapproche alors du mouvement Expressionniste. Sa première œuvre connue est Nudo (1926). Il expose rapidement à Milan (1930), puis à la Biennale de Venise.

De 1930 à 1933, il réalise des œuvres polychromes de terre cuite et de plâtre, dans un style personnel archaïsant. Ses figures humaines, schématiques, à surface irrégulière, sont qualifiées de Primitives.

Un artiste entre abstraction et figuration

Rapidement, Lucio Fontana se tourne vers l’Abstraction. En 1934, il rejoint le groupe Abstraction-création, devenant l’un des premiers artistes abstraits italiens. Le sculpteur crée un petit ensemble de sculptures abstraites, géométriques, conçues comme des dessins développés dans l’espace.

Deux ans plus tard, Lucio Fontana retourne cependant à la figuration, par l’intermédiaire de la céramique. Ainsi, de 1936 à 1940, se rendant chaque été dans l’atelier du céramiste Tullio Mazzotti, à Albisola. Il réalise alors des œuvres d’inspirations maritime et animale, ainsi que des vases sculpturaux. A partir de 1937, Lucio Fontana collabore avec la Manufacture nationale de Sèvres, où il crée des céramiques à grand feu.

En 1940, Lucio Fontana s’installe à Buenos Aires en raison de la Seconde guerre mondiale. Il mêle désormais les matériaux traditionnels au fer et au ciment pour ses sculptures, qu’il colore à l’or et à l’argent. Il s’agit pour l’artiste d’une manière de masquer la matière, tout en la magnifiant.

Lucio Fontana, figure de proue du Spatialisme (1946-1952)

Lucio Fontana jette les bases du Spatialisme en 1946, lorsqu’il publie le Manifeste Blanc à Buenos Aires. Considérant l’objet artistique comme une « somme d’éléments physiques – couleur, son, mouvement, espace », il cherche à donner la primauté au mouvement, pour dépasser les genres artistiques traditionnels.

Pour ce faire, il organise des « actions », qui consistent en un jet de déchets sur les façades de la ville.

De retour en Italie, en 1947, il rédige le Manifeste spatial. Il prône un art qui « restera comme geste mais mourra comme matière ». Ses œuvres, envisagées comme des concepts spatiaux, sont intitulées Concetti spaziali à partir de 1949. Il décline cette approche en « sculpture spatiale », « céramique spatiale », et « concept spatial ».

Lucio Fontana commence à perforer ses toiles, sur lesquelles il intervient de multiples manières. Par des gestes qui exaltent la force et la vitesse, il s’efforce d’effacer la matière par le mouvement. Cette démarche le mène à perforer ses toiles monochromes au poinçon, avec les Buchi en 1949.

L’artiste continue à réaliser des céramiques figuratives à l’iconographie traditionnelle, mais leurs surfaces baroquisantes les rapprochent des œuvres spatialistes.

L’art informel baroque de Lucio Fontana

Lucio Fontana revendique un esprit baroque dans son Manifeste technique de 1951. Son art est qualifié d’informel, car il ne peut être considéré ni comme figuratif, ni comme géométriquement abstrait.

Il approfondit les expériences menées avec les Buchi dès 1949, et crée de grandes séries qui réunissent les œuvres selon le matériau employé. Ainsi, les Pietre sont des toiles couvertes de galets de verre (1951-1958), les Barrochi des œuvres aux contrastes renforcés (1954-1957), les Gessi des pastels aux formes irrégulières (1954-1958), et enfin les Inchiostri se veulent plus vaporeuses (1956-1959). Dans chacune de ces œuvres, il traite de manière différente les problématiques de l’espace et du temps.

En 1958, Lucio Fontana commence sa série des toiles fendues, qui deviennent sa caractéristique. Les lacérations sont pour lui une manière de permettre une troisième dimension sur les surfaces planes, et de les ouvrir sur l’espace. Il commence par lacérer ses toiles. Les Tagli deviennent des Attese lorsqu’il multiplie les fentes.

Par la suite, Lucio Fontana fend également ses céramiques et bronze, qui se couvrent de crevasses. Refusant tout anthropomorphisme, il réalise dans les années 1960 des boules creusées et fendues qui évoquent à la fois le sexe féminin et la conquête spatiale, alors que le monde se passionne pour l’exploration de la lune.

À la fin de sa vie, Lucio Fontana réalise 170 Teatrini, qui relisent en miniature ses œuvres principales (1964-1966).

La cote des œuvres de Lucio Fontana

Les œuvres de Lucio Fontana se tiennent au 43ème rang du classement mondial des meilleures ventes publiques. L’indice des prix de ses œuvres connaît une hausse constante depuis les années 2000. Le record des ventes a été atteint en 2015, avec Concetto spaziale, La fine di Dio (1964), adjugé à New York pour 24 079 230 € (25 900 000 $ ).
Les peintures s’acquièrent généralement pour 100 000 à 500 000 €, avec des records qui dépassent les 5 000 000 €. Ses créations céramiques et sculptures, quant à elles, peuvent s’acquérir pour 10 000 à 50 000 €.

Lucio Fontana. Sfere (concetto spaziale sferico). Terre cuite glaçurée et oxydée, 1957, musée internationale de la céramique de Faenza

Vous souhaitez faire expertiser une œuvre de Lucio Fontana et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Estimez une œuvre de Lucio Fontana en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Comment se déroule l'estimation de votre bien de Fontana Lucio?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.