Estimation et cote de l'artiste Michel Parmentier

Michel Parmentier (1938-2000) est un artiste parisien, représentant de l’art conceptuel. Il compte parmi les quatre membres du groupe BMPT. Après un début de carrière consacré à la peinture, il se tourne par la suite vers les arts graphiques.

Estimation gratuite michel Parmentier

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Michel Parmentier et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Michel Parmentier en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Michel Parmentier, artiste peintre

Michel Parmentier étudie la peinture à l’l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris, où il rencontre Claude Viallat et Vincent Bioulès. Il pratique alors une forme d’Action Painting, dans le style de l’Expressionnisme abstrait. Les toiles sont peintes en contraste de noir et blanc, par l’intermédiaire de forts coups de pinceaux.

A partir de 1965, Michel Parmentier adopte la technique du pliage, qu’il reprend de Simon Hantaï, qu’il fréquente depuis le début des années 1960. Il cherche avec le pliage à rompre avec le monochrome moderniste, sans pour autant transmettre d’émotion, ni laisser paraitre de sensibilité ou talent.

Michel Parmentier réalise donc de 1966 à 1968 une série d’œuvres figurant des bandes de couleur horizontales de 38 centimètres de large, appliquées au pistolet sur des toiles blanches pliées. Il change chaque année la couleur : les toiles de 1966 sont peintes de bleu, celles de 1967 en gris, et celles de 1968 en rouge. L’emploi de bandes d’égales hauteur, et la codification des couleurs lui permet de ne céder ni à la symbolique des couleurs, ni à la tentation de laisser paraitre son geste artistique.

A partir de 1967, Michel Parmentier rejoint le groupe BMPT, et présente ses toiles monochromes rayées de gris au Salon de la Jeune Peinture, à la Biennale de Paris, et au Musée des Arts Décoratifs. Il expose avec Daniel Buren, Olivier Mosset et Niele Toroni, les autres fondateurs du groupe. Niant le talent, les quatre artistes s’emploient à réaliser des « happening frustrants ». Ils cherchent à réduire l’œuvre à sa matérialité, pour atteindre un « degré zéro » de la peinture.

Le groupe se sépare dès l’année suivante cependant, car s’ils sont unis par une recherche artistique commune, Michel Parmentier demeure très attaché au statut d’auteur et à la signature. Il utilise alors un tampon dateur pour signer, afin de ne pas laisser de trace manuelle sur la toile. Lorsque Daniel Buren, Olivier Mosset et Niele Toroni proposent de signer indifféremment leurs œuvres entre eux, Michel Parmentier quitte le groupe, et abandonne la peinture pour quelques années.
Lorsque Michel Parmentier renoue avec la peinture en 1983, il reprend sa démarche précédente, et se tient au principe du pliage et de la bombe, pour peindre de manière mécanique. Il abandonne cependant la couleur, et ne peint plus qu’en noir pendant deux ans.

Les arts graphiques

A partir de 1986, Michel Parmentier se tourne vers les arts graphiques. Il marque des intervalles réguliers au trait de crayon, sur un support simple. Les rouleaux de papier sont coupés en lés de dimensions égales, pré-pliés, et assemblés de manière aléatoire. Certaines bandes sont colorées partiellement, elles-aussi aléatoirement. Ses créations sont intitulées par leur date de réalisation. 22 avril 1986 est sa première œuvre sur papier.

La recherche de Michel Parmentier porte d’abord sur le double mouvement d’espacement et d’inscription de la matière lorsqu’elle est appliquée sur un support. Pour approfondir cette recherche, il adopte comme support le papier-calque pour certaines œuvres telles que 12 octobre 1989. Apposé sur le mur, le papier-calque fait apparaitre à la fois le mur et le fusain frotté, qui masque par là-même la transparence du papier-calque.

Par la suite, Michel Parmentier cherche à mettre en avant les plis du papier. Au lieu de recouvrir la surface, en frottant du fusain, il choisit de surligner les plis à certains endroits, comme sur 2 août 1989.

Tout au long de sa carrière, Michel Parmentier demeure fidèle à sa préoccupation première, à savoir faire disparaitre le geste artistique, pour mettre en évidence la matérialité des œuvres. Il reçoit en 1963 le Prix Lefranc en récompense de sa carrière.

La cote des œuvres de Michel Parmentier

Michel Parmentier a marqué la scène artistique française, et voit ses ventes faire des records en France. Ses toiles sont d’autant plus prisées qu’elles circulent très peu sur le marché. Longtemps moins côté que son ami Daniel Buren, plus international, les ventes de ses toiles atteignent aujourd’hui des sommes comparables. Elles sont généralement adjugées pour 10 000 à 80 000 €, avec un record atteint en 2013 avec une toile sans titre de 1967, vendue 85 000 € à Paris.

Michel Parmentier à la Manifestation I (1967), peignant des bandes sur la toile de Daniel Buren

Vous souhaitez faire expertiser une œuvre de Michel Parmentier et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Estimer œuvre de Michel Parmentier en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.