demo-attachment-40-Path-4

Estimation Paul Belmondo : sa côte et ses sculptures figuratives modernes

Des œuvres monumentales à la production de médailles, Paul Belmondo (1898 – 1982) affirme son style classique tout en y ajoutant de la modernité. Le sculpteur réalise de nombreux portraits, plus intimistes, de sa famille et de personnalités. 

demo-attachment-366-Path_1348
EstimonObjet-Apropos

L’apprentissage artistique de Paul Belmondo

Né à Alger, alors une colonie française, Paul Belmondo se passionne très jeune pour le dessin et la sculpture. Il suit des études d’architecture à l’École des Beaux-Arts d’Alger dès 1913, tout en étudiant le modelage avec le sculpteur Georges Béguet. La Première Guerre mondiale interrompt son apprentissage. Le jeune homme est mobilisé en 1917. Blessé, il ne retourne à Alger qu’en 1920. C’est alors qu’il réussit à obtenir une bourse pour étudier à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris. 

En 1921, Paul Belmondo devient l’élève de Jean Boucher. Il rencontre peu après le sculpteur Charles Despiau, dont il admire le travail. Son influence s’en ressent sur ses œuvres.
Tout en approfondissant les techniques de la sculpture, le jeune artiste ne cesse de dessiner, jugeant cette pratique complémentaire et indispensable.
En 1926, Paul Belmondo est non seulement le lauréat du Grand prix de l’Union artistique de l’Afrique du Nord, mais aussi du Prix Blumenthal. Ces récompenses le confortent dans son activité artistique. À cette période, il réalise principalement des bustes.

Des prix et des commandes d’état pour le travail de Paul Belmondo

En 1930, Paul Belmondo épouse Madeleine Reynaud-Richard, avec qui il aura trois enfants (le producteur Alain Belmondo, l’acteur Jean-Paul Belmondo et la comédienne Muriel Belmondo). Deux ans plus tard, la ville d’Alger lui attribue son Grand Prix artistique pour sa statue Eve ou le printemps et un buste de son père. Il reçoit ses premières commandes d’état, dont deux bas-reliefs pour le Foyer civique de la municipalité. La Ville d’Alger recevant les fruits du travail, au sujet allégorique, valorise l’effort collectif. Suivront des présentations de ses œuvres à l’Exposition internationale de Paris en 1937, puis à l’Exposition universelle de New York en 1939. 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Paul Belmondo, alors démobilisé, participe à un voyage d’études en Allemagne. Cette visite de propagande est organisée par le sculpteur allemand Arno Brecker et par l’ambassadeur d’Allemagne en France. Elle regroupe des intellectuels et des artistes comme Kees van Dongen, André Derain, Paul Landowski ou encore Charles Despiau. À la Libération, Paul Belmondo est condamné à ne plus vendre ses œuvres pendant un an.

Dès 1947, il travaille avec la Monnaie de Paris pour l’édition de médailles. L’artiste sera chargé de créer, entre autres, celles des académiciens Maurice Druon et Maurice Genevoix. Ses productions sont nombreuses. En 1960, le sculpteur devient professeur de dessin à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris. Il y enseigne jusqu’en 1969. Les honneurs pour son travail se poursuivent. Paul Belmondo est élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1960. Il est nommé Commandeur des Arts et des Lettres en 1966, puis élevé au grade de commandeur de la Légion d’honneur en 1972.
Il décède en 1982, à Ivry-sur-Seine. 

Les œuvres figuratives de Paul Belmondo

L’artiste travaille principalement dans son atelier de l’avenue Denfert-Rochereau, à Paris. Épris d’art classique, il recherche tout au long de son œuvre un idéal de beauté. Il privilégie les portraits, principalement des bustes seuls. Il représente sa famille, notamment des enfants dont son fils Jean-Paul, comme des personnages illustres tels Maurice de Vlaminck ou la danseuse mademoiselle Pardon. Cette dernière est son modèle pour le buste de Marianne. Les figures sont traitées de manière classique, tout en apportant une touche de modernité par les coiffures. Paul Belmondo maitrise le modelage comme la taille directe, et sait sculpter la glaise, le plâtre, le bronze, la pierre ou encore le marbre. Son style épuré, aux formes simples et harmonieuses, transparait également dans les œuvres monumentales qu’il effectue. 

En effet, Paul Belmondo reçoit des commandes d’État. Il réalise, entre autres, un haut-relief Danse pour le Palais de Chaillot, des statues visibles au Trocadéro ou la reproduction à l’identique de la fresque de la Danse de Carpeaux à l’Opéra de Paris. 

Des objets décoratifs sont également imaginés entre 1942 et 1950. L’artiste manie la mine de plomb, le fusain ou la sanguine dans ses nombreux dessins. 

À combien sont estimées les œuvres de Paul Belmondo ?

Sur le marché de l’art, les dessins et les aquarelles de Paul Belmondo apparaissent majoritairement, précédant le nombre de ses sculptures en vente. Ils sont estimés entre 100 et 2 500 euros. Récemment, en 2023, une sanguine sur papier représentant un Nu debout s’est vendue à 1 000 euros tandis qu’une autre sanguine, Nu debout de dos, a été adjugée à 1 400 euros. Une aquarelle et gouache sur papier intitulée Paysage de campagne a été cédée pour 100 euros. En 2014, un Nu féminin allongé de dos, sanguine sur papier, s’est vendu pour la somme de 2 200 euros. 

Quant aux sculptures, la plus célèbre représentant un portrait de son fils Jean-Paul Belmondo, un bronze de 36 centimètres, a atteint la somme de 26 000 euros en 2023. Le buste de Jacqueline, fillette, a été vendu 10 500 euros en 2020 tandis que celui de Muriel, également en bronze, a été acheté pour 9 500 euros.
Récemment, en 2022, le Portrait de monsieur Lambert a été emporté à la vente pour 2 250 euros. La sculpture d’Une Femme à la toilette a été acquise à 5 500 euros.

Vous souhaitez faire expertiser une oeuvre de Paul Belmondo et recevoir son estimation ?
Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une oeuvre de Paul Belmondo en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

 

Comment se déroule l'estimation de votre bien de Paul Belmondo ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.