demo-attachment-40-Path-4

Paul-Charles Chocarne-Moreau, le peintre des « enfants des rues »

Paul-Charles Chocarne-Moreau (1855-1930) est un peintre et illustrateur français représentant de la peinture de genre. Son sujet peint favori est la vie quotidienne des jeunes garçons des milieux populaires à Paris de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. 

demo-attachment-366-Path_1348

La formation de l’artiste Paul-Charles Chocarne-Moreau

Paul-Charles Chocarne-Moreau nait à Dijon en 1855 au sein d’une famille d’artiste. Son père est professeur de peinture et il est le cousin des sculpteurs Mathurin, Hippolyte et Auguste Moreau. Paul-Charles Chocarne-Moreau fait ses études artistiques à Paris où il est successivement l’élève du peintre d’histoire Tony Robert-Fleury (1837-1911) et de William Bouguereau (1825-1905) représentant majeur de la peinture académique française de la fin du XIXe siècle. Les deux maîtres de Paul-Charles Chocarne-Moreau ont été successivement Présidents de la Société des Artistes Français. En 1882, Chocarne-Moreau expose son œuvre Distraction au Salon des Artistes Français et à partir de là, ses œuvres régulièrement montrées, sont appréciées du grand public et des collectionneurs. En 1886, Chocarne-Moreau reçoit une mention « honorable » et en 1889 il participe à l’Exposition universelle où il obtient une médaille de bronze. Ses œuvres sont considérées par des écrivains de son temps comme « un des points forts » du Salon (Gérald Schurr & Pierre Cabanne, Dictionnaire des petits maîtres de la peinture).

Paul-Charles Chocarne-Moreau, le peintre des « enfants des rues »

Les peintures de genre de Chocarne-Moreau popularisent principalement le thème de l’enfant des rues et préfigure l’imagerie immensément populaire du peintre et illustrateur américain, Norman Rockwell (1894-1978). 

En cette fin de XIXe siècle, dans les milieux littéraires et artistiques, la condition et le statut de l’enfant suscitent une vraie prise de conscience. En 1882 les lois Ferry promulguent l’obligation scolaire pour les enfants de moins de 10 ans. Pourtant des très jeunes garçons et filles continuent d’être engagés pour des salaires de misère et dans des conditions insalubres, par des artisans, des commerçants et des marchands de quatre saisons sans scrupules. C’est cette réalité sociale des enfants des milieux populaires et défavorisés qui est peinte par Paul-Charles Chocarne-Moreau. Sensible à cette pauvreté et à l’exploitation de son temps, il participe avec ses œuvres à sensibiliser l’opinion sur la condition des petits travailleurs de rue. 

Ils les représentent avec humour et tendresse dans ses toiles de genre comme L’Enfant des Rues ou Le Petit Cuisinier d’Écrevisses et Le Brocanteur Place de l’Arc de Triomphe à Paris. 

Contrairement à son contemporain Pierre Bonnard (1867-1947) par exemple, qui accentue par sa technicité et sa composition la dramaturgie des sujets sociaux, Paul- Charles Chocarne-Moreau en extrait de la gaité et de l’espièglerie. 

Paul-Charles Chocarne-Moreau utilise des palettes de couleurs franches, tranchées, et des rouges vifs. Il ne se dégage pas de tristesse dans les œuvres du peintre. Au contraire on retrouve dans les scènes de genre de Chocarne-Moreau de la solidarité entre les enfants, de l’entre-aide et une simplicité rieuse comme dans sa célèbre toile Le Pâtissier et le Ramoneur , conservée au Musée des Beaux-Arts de Dijon. 

Paul- Charles Chocarne-Moreau, le peintre du vivant

Le peintre Chocarne-Moreau a souvent représenté des scènes d’activités de jeunes garçons au sein de l’église, en opposant la vivacité de l’enfance à la solennité officielle des ecclésiastiques comme dans Le Jeu de la Grenouille ou La Répétition Générale (1925). On voit également des enfants se détournant de leur tâche, ou reproduisant avec moquerie les gestes des prêtres comme dans la toile Cache-Cache ou Soyez Gentils avec les Animaux . C’est cette dichotomie et cette effronterie qui donnent l’effet comique souhaité. Chocarne-Moreau témoigne également dans ses illustrations et ses peintures des agitations politiques à Paris. De nombreuses toiles ont pour sujet l’histoire sociale contemporaine comme dans Rouget de Lisle chantant La Marseillaise ou le Jeune Boulanger Manifestant ses Opinions Politiques. Paul Chocarne-Moreau a également réalisé de nombreux portraits pour des commanditaires.           

Les scènes de genre de Chocarne-Moreau racontent des histoires vivantes, qui ont valeur d’éducation populaire et contribuent à l’époque à faire avancer les lois de protection de l’enfance. 

La cote des œuvres du peintre Chocarne-Moreau

Ce sont les huiles sur toile de l’artiste Chocarne-Moreau qui représentent largement la plus grande demande sur le marché de l’art. Le prix des huiles sur toile de Paul-Charles Chocarne-Moreau se situent entre cent soixante-huit euros et soixante-neuf mille euros, montant du prix maximum atteint pour un tableau vendu en 1998. Quatre œuvres de Chocarne-Moreau ont dépassé les cinquante milles euros lors de ventes aux enchères. Il s’agit systématiquement de scènes de genre d’enfants pauvres et petits travailleurs de rue. Mais ce sont principalement les scènes représentant des « enfants de chœur » qui atteignent les meilleurs prix. Sur ces dix dernières années les prix d’achats des toiles varient entre quatre mille euros et vingt-quatre mille euros. Quelques peintures «d’élégantes » femmes, de facture plus académique ont été vendues entre quatre mille cinq cent et quatorze mille euros. Les rares portraits peints par Louis Charles Chocarne-Moreau ont une cote peu élevée et ne dépassent pas les deux mille cents euros. 

Vous souhaitez faire expertiser un tableau de Chocarne-Moreau et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un tableau de Chocarne-Moreau en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel. 

(Illus.) Le Petit Journal , Huile sur toile,  119,4 x 154,9 cm. (47 x 61 in.)

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.