demo-attachment-40-Path-4

Estimation des œuvres de Victor Ségoffin: sa cote et ses œuvres

Victor Ségoffin est un sculpteur français dont l’art est grandement influencé par celui d’Alexandre Falguière. Tous deux s’inscrivent dans la sculpture de l’école toulousaine de la seconde moitié du XIXe siècle. Connu de son vivant, Victor Ségoffin tombe dans l’oubli après sa mort en 1925 avant d’être redécouvert dans les années 1980.

demo-attachment-366-Path_1348
EstimonObjet-Apropos

Qui est Victor Ségoffin ?

Victor Joseph Jean Ambroise Ségoffin est un sculpteur français, né le 5 mars 1867 et mort le 17 octobre 1925 à Toulouse. Alors qu’il est encore un jeune homme, il est admis à l’École des beaux-arts de Toulouse, puis à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. En 1888, Victor Ségoffin entre à l’École des beaux-arts de Paris où il est l’élève de Jules Cavelier jusqu’en 1894, puis de Louis-Ernest Barrias jusqu’en 1897.

Entre 1890 et 1923, Victor Ségoffin expose au Salon des artistes français.

Après le second grand prix de Rome en 1895 et le premier second grand prix de Rome en 1896, Victor Ségoffin obtient le premier grand prix de Rome en 1897 pour son plâtre Orphée perdant pour la seconde fois Eurydice, entraînée de nouveau par Mercure dans les régions infernales. Entre décembre 1897 et décembre 1901, Victor Ségoffin est donc pensionnaire à la villa Médicis à Rome.

En 1900, Victor Ségoffin est médaillé de bronze à l’Exposition universelle de 1900.

En 1920, il est nommé chef de l’atelier de sculpture pour femmes à l’École des beaux-arts de Paris où il exerce jusqu’à sa mort.

Deux ans plus tard, le sculpteur est nommé officier de la Légion d’honneur.

Victor Ségoffin connait une certaine célébrité de son vivant mais, après sa mort, son œuvre tombe dans l’oubli. Il faut attendre la redécouverte de la sculpture du XIXe siècle dans les années 1980 et l’ouverture du musée d’Orsay, pour que son nom connaisse un regain de notoriété.

L’œuvre oubliée de Victor Ségoffin

L’œuvre de Victor Ségoffin s’inscrit dans les tendances artistiques de son époque, soit dans la dynamique néobaroque, en vogue à la fin du XIXe siècle. Victor Ségoffin réalise alors des sculptures allégoriques, à l’instar de La Danse sacrée, aujourd’hui conservée au Musée d’Orsay. Cette sculpture illustre l’interprétation très baroque choisie par Victor Ségoffin : les corps sont contractés, les muscles sont raides et la gestuelle des personnages est dramatique.

 

La Danse sacrée, anciennement située dans la cour du Palais de l’Elysée, fait partie des œuvres ambitieuses sculptées par Victor Ségoffin. En effet, il a plusieurs fois l’occasion de concevoir des sculptures destinées à de grands monuments. Par exemple, Victor Ségoffin produit des sculptures pour Le Louvre, le jardin du Luxembourg ou le Panthéon, comme Le Monument funèbre à Voltaire.

 

Malgré son talent, Victor Ségoffin propose un art officialisé qui ne marque pas les esprits. En plus de tomber dans l’oubli jusque dans les années 1980, l’œuvre de Victor Ségoffin est parfois même méprisée. En effet, contrairement à celles de certains de ses contemporains, les sculptures de Victor Ségoffin ne sont ni avant-gardistes, ni progressistes.

Les portraits sculptés de Victor Ségoffin

L’œuvre de Victor Ségoffin inclut également l’art du portrait, que le sculpteur exerce surtout auprès de la haute bourgeoisie industrielle et politique. Victor Ségoffin réalise aussi les portraits d’artistes reconnus comme les peintres Félix Ziem et Albert Maignan, par exemple.

Pour créer ces portraits, Victor Ségoffin s’appuie sur les leçons de modelage réaliste de Louis-Ernest Barrias, son professeur à l’École des Beaux-Arts. Les portraits sculptés de Victor Ségoffin proposent alors un rendu fidèle du modèle.

Plus encore, Victor Ségoffin parvient à saisir, et à refléter, l’esprit et la personnalité de ses modèles dans ses portraits. Pour accentuer la personnalisation de chaque portrait, Victor Ségoffin met l’accent sur une spécificité ou une attitude propre à la personnalité de l’individu représenté.

À combien sont estimées les œuvres de Victor Ségoffin ?

Les œuvres de Victor Ségoffin sont assez rares sur le marché de l’art, ainsi qu’en ventes aux enchères. Les sculptures en bronze ou en marbre de Victor Ségoffin sont, en moyenne, estimées entre 300 euros et 21 000 euros.

En juillet 2017, le plâtre Femme nue de 1903, mesurant 65 centimètres, est adjugé à 7 905 euros. En octobre de la même année, le bas-relief représentant Félix Ziem, daté de 1914 et mesurant 60 centimètres, trouve acquéreur pour 900 euros. 

En juin 2022, le bronze Étude pour la Sorcière, mesurant 34 centimètres, est adjugé à 1 000 euros. En mars 2023, le plâtre Portrait du peintre Félix Ziem, daté de 1907 et mesurant 35 centimètres, est adjugé à 3 900 euros. 

Vous souhaitez faire expertiser une oeuvre de Victor Ségoffin et recevoir son estimation ?
Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une oeuvre de Victor Ségoffin en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

 

Comment se déroule l'estimation de votre bien de Victor Ségoffin ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.