demo-attachment-40-Path-4

Estimation des œuvres de Victor Tardieu : sa cote et ses œuvres

Victor Tardieu (1870-1937) est un peintre français, fondateur de l’École des beaux-arts de Hanoï.
demo-attachment-366-Path_1348
EstimonObjet-Apropos

Les débuts de Victor Tardieu

Né à Orliénas, dans le département du Rhône, Victor Tardieu entre en 1887 à l’École nationale des Beaux-arts de Lyon, où il reste deux ans. 

Il poursuit sa formation à Paris, d’abord à l’Académie Julian puis à l’École nationale des Beaux-arts de Paris, où il suit l’enseignement de Léon Bonnat et d’Albert Maignan jusqu’en 1894. 

Tout en commençant à exposer dans les salons parisiens, il réalise des cartons de vitraux pour d’autres peintres.

 

En 1902, il épouse Caroline Luigini, dite Câline, harpiste professionnelle qui soutient financièrement le ménage. En 1903 naît leur fils, qui deviendra le poète Jean Tardieu. 

À la même époque, Victor Tardieu est remarqué au Salon des artistes pour une vaste toile, Le Travail (aujourd’hui au Musée de Rennes), où se mêlent réalisme et allégorie. Celle-ci lui vaut le premier prix du Salon ainsi qu’une bourse de voyage en Europe : il peint alors les ports de Londres, Gênes, Liverpool, affinant son talent pour la composition. 



Tardieu pendant la Grande Guerre et les années 20

Lors de la guerre de 1914-1918, Victor Tardieu est engagé volontaire. Il poursuit cependant son activité d’artiste et, à la fin du conflit, reçoit quelques rares commandes officielles, dont, en 1920 celle du plafond de l’Hôtel de Ville de Montrouge (représentant Les Âges de la vie). 

Celles-ci ne suffisent cependant pas à faire vivre sa famille, qui dépend des leçons de harpe de Câline. 

Victor Tardieu se présente alors au concours de l’Indochine, instauré dix ans plus tôt, dont le prix est un voyage aller-retour dans la colonie, assorti d’une obligation d’y exposer des œuvres. Tardieu remporte le concours et s’embarque pour Saïgon au début de 1921 : son séjour, qui devait durer six mois, s’y poursuivra avec diverses interruptions jusqu’à son décès.

Tardieu au Viêt Nam

En juin 1921, Victor Tardieu est chargé par le gouverneur de la colonie d’une partie de la décoration de l’Université de l’Indochine, récemment rénovée. Il doit notamment réaliser pour le grand amphithéâtre une vaste fresque sur le thème de « la France apportant à sa colonie les bienfaits de sa civilisation » – qui choque ses convictions socialistes. L’œuvre de 180 m², pour laquelle il réalise de nombreuses études, s’intitulera finalement La Métropole. Elle sera achevée en 1928 et réhabilitée en 2006, à l’occasion du centenaire de l’Université. 

 

Parallèlement, ayant noué des liens avec plusieurs artistes vietnamiens, dépités de ne pas disposer de véritables moyens de formation, Victor Tardieu entreprend la fondation d’une École des Beaux-arts réservée aux natifs, leur offrant la possibilité de développer une technique  non tributaire des influences occidentale ou chinoise.

L’Université des beaux-arts de Hanoï

L’École, dont l’arrêté de création est signé en 1924, dispensera un enseignement académique (anatomie, dessin d’après nature, perspective, etc.) mais aussi, par la suite, des cours de peinture sur soie, de laque, d’art appliqué et d’architecture. 

« Victor Tardieu est si convaincu d’un nécessaire retour aux sources qu’il va jusqu’à interdire à ses élèves d’utiliser certaines couleurs qui ne relèvent pas de la tradition locale », précise Alix Turolla-Tardieu, la petite-fille du peintre.  

Tardieu restera administrateur de l’École – qui existe toujours sous le nom d’Université des beaux-arts de Hanoï – jusqu’en 1936.

En 1931, Victor Tardieu est invité à exposer à l’Exposition coloniale de Paris, dans le Pavillon « Temple d’Angkor », qui comprend six salles lui permettant de faire connaître, à côté du sien, le travail de ses élèves.  Celui-ci est également présenté à Hanoï, où il connaît un grand succès. 

 

Victor Tardieu, asthmatique et malade du cœur, s’éteint le 12 juin 1937 à Hanoï, où ses funérailles attirent une foule considérable. 

À combien sont estimées les œuvres de Victor Tardieu ?

Il semble que la cote des huiles majeures de Tardieu soit en hausse : en 2022, Les Dockers à Gênes a été adjugé 140 000€ et Les pommes, étude de nu a atteint les 200 000€. 

Cette année, Deux femmes dans un intérieur est parti pour 27 600€. 

Les prix de ses paysages et panoramas sur panneau s’échelonnent plutôt entre 1000€ et 2000€ – apparemment, la présence de personnages fait grimper le prix de la toile.

Vous souhaitez faire expertiser une oeuvre de Victor Tardieu et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une toile de Victor Tardieu en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

 

Comment se déroule l'estimation de votre bien de Victor Tardieu ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.