demo-attachment-40-Path-4

Estimation Henri Matisse, peintre moderne français expert de la couleur

Henri Matisse (1869-1954) est un dessinateur et peintre au chromatisme vibrant, ayant mené tout au long de sa carrière des recherches sur la couleur.

Matisse
demo-attachment-366-Path_1348

Henri Matisse : des recherches sur la couleur dès sa formation académique

Henri Matisse découvre le dessin lors d’une convalescence en 1879. Deux ans plus tard, il abandonne ses études de droit pour étudier la peinture à l’Académie Julian. Il entre dans l’atelier de Gustave Moreau à partir de 1892, puis intègre l’École des Beaux-Arts de Paris en 1895. Il copie alors les maitres du Louvre, et peint des natures mortes.

En 1895, grâce à une exposition au Palais du Luxembourg, Henri Matisse découvre l’Impressionnisme, et s’essaie immédiatement à la peinture en plein air en Bretagne. Sur les conseils de Pissarro, il se rend à Londres en 1898 pour découvrir l’œuvre de William Turner. Inspiré par son traitement de la lumière, Henri Matisse expérimente immédiatement sa méthode à Ajaccio et Toulouse.

A partir de 1900 Henri Matisse complète sa formation à l’Académie de Grande Chaumière et dans l’Atelier Carrière. Cherchant à libérer la couleur dans la peinture, il séjourne chez Paul Signac à Saint-Tropez, et expérimente une version personnelle du divisionnisme. Il y réalise plusieurs œuvres, dont Luxe, calme et volupté (1904).

Henri Matisse, précurseur du Fauvisme

En 1905, Henri Matisse passe l’été à Collioure avec André Derain. Ensemble, ils adoptent une peinture en couleurs non divisées, en aplats de tons purs et contrastes affirmés, donnant naissance au Fauvisme. La Femme au chapeau (1905) exposée par Henri Matisse au Salon d’Automne fait scandale.

La couleur, considérée comme un mode d’expression, n’a pas de fonction descriptive, comme le montrent Le Bonheur de vivre et Nu bleu en 1907.

Les années cubistes et le Retour à l’Ordre : intérêt pour la figure humaine et l’Orient

En 1906, Henri Matisse opère un recentrement sur la figure humaine dans ses peintures, dessins et modelages. Il réalise une série de portraits peints et sculptés dont le visage du modèle est le véritable enjeu. Il adopte une approche conceptuelle des formes, inspirée par l’art africain qu’il découvre en 1906. Henri Matisse est aussi influencé par l’art de Cézanne et des Cubistes, dans ses têtes sculptées telles que Jeannette. Sa peinture se fait de plus en plus géométrique et sombre pendant la guerre, alors qu’il fréquente le cubiste Juan Gris et les Futuristes italiens.

La reconnaissance de l’art d’Henri Matisse est internationale, et il expose à Londres, à Moscou, Berlin, et à New York à l’Armory Show en 1913. Sa renommée est telle qu’il ouvre une Académie à Paris. L’aisance financière que lui procure sa notoriété lui permet de faire de nombreux voyages. Henri Matisse se rend à plusieurs reprises au Maghreb et visite les collections européennes d’art islamique, se constituant par là-même un répertoire de formes nouveau. Puisant dans cette inspiration, il peint une série d’Odalisques entre 1918 et 1929, dans un style inspiré par Ingres. Les décors et costumes qu’il dessine pour les Ballets Russes de Diaghilev soulignent son goût pour les arts décoratifs.

Les arts graphiques et décoratifs : le dessin transparent et les papiers découpés

A partir de 1925, Henri Matisse se consacre au dessin, à la gravure, et aux arts décoratifs. Figure sur fond ornemental (1926) ouvre une nouvelle période dans son œuvre, qui dure jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Les formes en réserve sont suggérées à l’aide d’un trait transparent, et mises en valeur par le contraste d’un petit nombre de couleurs. Henri Matisse cherche avant tout à représenter le mouvement et à restituer l’expressivité de la couleur. Pour cela, il exploite tous les médiums, et applique sa techniques sur ses illustrations pour poèmes, sur les panneaux monumentaux tels que de La Danse pour la fondation Barnes, ou encore les cartons de tapisserie.

A partir de 1944, Henri Matisse est très éprouvé par une opération chirurgicale et l’arrestation de sa femme et de sa fille pour faits de résistance. Il développe alors un nouveau mode d’expression, qu’il exploite jusqu’à sa mort. Pour préserver l’intensité de la couleur, il réalise dès 1944 des compostions à partir d’éléments découpés dans des papiers gouachés. Ses premiers collages tels que Jazz (1947) sont relativement simples, mais ils se complexifient vers 1952. La Tristesse du roi (1952) est constituée comme un autoportrait où la couleur triomphe.

A l’instigation du père Couturier et du frère Rayssiguier, Henri Matisse travaille également à la l’architecture et la décoration de la chapelle du Rosaire des Dominicaines de Vence entre 1948 et 1951. Cet ensemble synthétise ses recherches sur l’équilibre des lignes, couleurs, et de la lumière, et est conçu comme une œuvre d’art totale.

Estimation et cote de Matisse sur le marché de l'art

Figure indépendante au goût peu habituel pour les arts décoratifs, Henri Matisse va à contre courant de son époque. Il compte aujourd’hui parmi les artistes les plus prisés mondialement, occupant la 127 rang des ventes en 2021. En ce qui concerne les peintures, l’entrée de gamme est haute, les tableaux ne se vendant qu’exceptionnellement pour moins de 100 000 €. Odalisque couchée aux magnolias (1923), vendue à New York en 2018 pour 60 138 721 € (71 500 000 $) constitue le record des ventes. Pour les dessins et aquarelles, il faut compter 10 000 à 50 000 €, et les estampes s’échangent généralement pour 10 000 à 50 000 €.

(Illus.)Henri Matisse le 20 mai 1933, photographié par Carl van Vechten.

Vous souhaitez faire expertiser un tableau d’Henri Matisse et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Estimez votre oeuvre d’Henri Matisse en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.