Home » Estimation, Cote et valeur artiste » Jean-Claude Fournier

Estimation et cote de l'artiste Jean-Claude Fournier

Jean-Claude Fournier (né en 1943) est un auteur de bande dessinée français, connu pour sa reprise de Spirou et Fantasio, mais aussi pour ses séries Bizu et Les Crannibales. Découvrez ici l’histoire de Jean-Claude Fournier et ses œuvres emblématiques. Besoin d’une expertise Jean-Claude Fournier ? Contactez l’équipe d’Estimon’objet !

Estimation gratuite Jean-Claude Fournier

Vous souhaitez  expertiser une œuvre de Jean-Claude Fournier et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une œuvre de Jean-Claude Fournier en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Ses débuts dans le Journal de Spirou

Né à Paris en 1943, c’est en Bretagne, dans les Côtes-d’Armor, que Fournier grandit. Ainsi, il est très sensible à la culture bretonne, qui est un marqueur se retrouvant par la suite dans l’ensemble de sa carrière. Dès son plus jeune âge, il dessine et raconte des histoires, encouragé par un de ses instituteurs qui lui fait découvrir le théâtre et la linogravure (gravure sur linoleum). Lecteur assidu du Journal de Spirou, Jean-Claude Fournier dessine de plus en plus et souhaite se diriger vers une carrière artistique. Après avoir obtenu son baccalauréat à Lamballe, il s’installe à Paris pour étudier le dessin, tout en prenant des cours de théâtre le soir. Rêvant d’écrire et de mettre en scène des pièces de théâtre, il est cependant découragé par l’un de ses professeurs. Il décide alors de se tourner vers la bande dessinée et se prend de passion pour le travail de Franquin, qui dessine alors Spirou et Fantasio. 

En 1965, Jean-Claude Fournier rencontre son modèle, Franquin, lors d’une séance de dédicaces. Il se saisit alors de l’occasion pour lui montrer des planches imitant Spirou et Fantasio qu’il a réalisées. Franquin, sensible à son trait, l’introduit auprès d’Yvan Delporte, à l’époque rédacteur en chef du Journal de Spirou. Jean-Claude Fournier débute ainsi en y publiant les premières planches de Bizu, dont le nom vient du breton « bizuth », signifiant « nouveau ». Les aventures de ce lutin vivant dans la forêt de Brocéliande, accompagné de ses amis Mukès le champignon et Schnokbul, le petit troll semant des fleurs partout où il passe, apportent une poésie nouvelle aux pages du journal. Les quinze histoires de la série, publiées entre 1967 et 1986 dans Le Journal de Spirou, sont réunies en sept albums édités aux éditions Dupuis entre 1982 et 1994 puis réédités en trois intégrales les réunissant.

Spirou et Fantasio

En cette fin des années 1960, Franquin, qui souhaite se consacrer pleinement à Gaston Lagaffe, cherche un successeur pour reprendre Spirou et Fantasio. Convaincu par ses premiers pas dans le journal et son style graphique en adéquation avec la série, il la propose alors à Jean-Claude Fournier qui réalise ainsi neuf albums aux éditions Dupuis, entre 1970 et 1980. Même s’il reprend une série bien installée, Fournier réussit à se l’approprier et à y incorporer son identité bretonne, mais aussi à lui donner une nouvelle sensibilité écologique. Ce nouvel esprit se ressent particulièrement dans le vingt-septième tome de la série, L’Ankou. 

L’histoire s’appuie sur un personnage de la mythologie bretonne (qui donne son nom à l’album), décrit dans la tradition orale comme un « serviteur de la mort » et représenté sous les traits d’un vieil homme grand et squelettique. Mais l’album est également engagé contre le nucléaire, en mettant en scène Spirou et Fantasio empêchant de justesse l’explosion d’une centrale et la fabrication d’un produit radioactif mortel, aidant ainsi l’Ankou en évitant une surmortalité de la population bretonne alentour.

En parallèle, Jean-Claude Fournier, qui a installé son atelier à Rennes, travaille pour Ouest-France en créant le personnage du Brigadier Brindamour. Il est aussi attaché à accueillir dans son atelier de jeunes auteurs bretons pour encourager la création régionale. Mais c’est cet attachement au territoire breton qui lui vaut des reproches de son éditeur Dupuis, qui considère que Fournier « a fait de Spirou un héros breton ». En 1980, alors que Fournier a déjà entamé la création de La Maison des mousses, dixième tome de Spirou et Fantasio, Dupuis décide de passer la main à Nic et Cauvin pour les tomes suivants, et l’album de Fournier reste inachevé.

La diversification de son travail

À la fin des années 1980, alors que l’arrêt quelque peu brutal de Spirou s’était suivi d’une période de pause dans sa carrière, les éditions Dupuis proposent à Jean-Claude Fournier de reprendre sa première série, Bizu. Il réalise ainsi quatre nouveaux albums parus entre 1990 et 1994. Pendant cette période, il est également investi dans la création du festival de bande dessinée Quai des bulles à Saint-Malo. Pour l’occasion, il réalise plusieurs illustrations et crée l’affiche de l’édition 1991, avec toujours la volonté de faire de la Bretagne un lieu dynamique pour la bande dessinée. Fournier a réussi son pari puisqu’aujourd’hui “Quai des bulles” est devenu le deuxième plus important festival de bande dessinée en France, après le festival d’Angoulême.

En 1998, Jean-Claude Fournier signe son retour dans le Journal de Spirou avec une nouvelle série, Les Crannibales, scénarisée par Zidrou. Avec un humour noir très éloigné de la poésie et du style encore influencé par Franquin qu’il avait développé dans Bizu, cette série raconte les histoires d’une famille d’anthropophages prête à tout pour trouver de la chair fraîche. Publiée en huit albums entre 1998 et 2005 chez Dupuis, la série s’arrête cependant, faute de succès commercial.

C’est une période d’exploration et de renouvellement graphique pour Fournier, qui s’essaie à un dessin beaucoup plus réaliste dans les deux tomes des Chevaux du vent, publiés en 2008 et 2012 dans la collection “Aire Libre” de Dupuis. Ce diptyque, qui ne se déroule pas en Bretagne, mais sur les contreforts de l’Himalaya, est salué par la critique. Ainsi, Fournier poursuit cette veine réaliste dans sa dernière série, Plus près de toi, dont les deux tomes, en collaboration avec le scénariste Kris, sont parus en 2017 et 2019. Il aborde cette fois la Bretagne sous un angle plus historique et engagé, en racontant l’histoire des prisonniers de guerre sénégalais détenus dans des camps de travail bretons durant la Seconde Guerre mondiale.

Par ailleurs, les auteurs Joub et Nicoby réalisent en 2013 Dans l’atelier de Fournier, un album basé sur des entretiens avec Fournier, relatant sa carrière et sa manière de travailler. Cet ouvrage témoigne de l’impact qu’il a eu sur les auteurs des générations suivantes. Devenu une référence de la bande dessinée franco-belge par son implication dans la création d’un foyer breton en bande dessinée et sa carrière diversifiée, Jean-Claude Fournier a toujours réussi à mettre sa personnalité et ses engagements dans ses bandes dessinées, sans jamais s’enfermer dans un style ou dans une manière de raconter ses histoires. Ainsi, il travaille aujourd’hui sur ses mémoires, dont il a pour ambition de réunir en un album tous ses styles, du plus comique au plus réaliste.

Quelle est la cote de Jean-Claude Fournier sur le marché de l’art ?

Jean-Claude Fournier est présent sur le marché de l’art principalement avec des planches et des illustrations originales liées à Spirou et Fantasio. Ce sont ses planches originales qui atteignent les prix d’adjudication les plus hauts, généralement entre 6 000 et 8 000 €. Ainsi, une planche encrée de L’Abbaye truquée, vingt-deuxième tome des aventures de Spirou et Fantasio, a été adjugée à 6 298 € fin 2023. En outre, ses illustrations réalisées pour Le Journal de Spirou peuvent atteindre des prix d’adjudication allant jusqu’à 1 600 €, à l’instar d’un dessin passé en vente aux enchères en 2019 sous le titre « Spip et le robot malade », adjugé à 1 560 €. Mais elles peuvent parfois atteindre des prix plus élevés. Par exemple, une illustration en couleurs tirée du vingt-et-unième album de Spirou et Fantasio, Du glucose pour Noémie, fut adjugée à 3 828 € en 2016.

Vous souhaitez faire expertiser une planche ou une illustration de Jean-Claude Fournier et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Faites estimer une œuvre de Jean-Claude Fournier en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel !

(Illus.) Cartel : Jean-Claude Fournier, Bizu, planche extraite de Minute papillon, publiée dans le journal de Spirou no 2043, 1977

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.