demo-attachment-40-Path-4

Paul Signac, peintre, lithographe et aquarelliste parisien

Paul Signac est un peintre, lithographe et aquarelliste parisien du tournant du XXème siècle. Ses recherches sur la couleur le mènent à diriger le groupe divisionniste.

Paul Signac
demo-attachment-366-Path_1348

Paul Signac impressionniste (1882-1886)

Paul Signac se tourne vers la peinture lorsqu’il découvre des reproductions de l’œuvre de Claude Monet. Il prend alors des cours avec le peintre Émile Bin à Montmartre.

Dans une sensibilité impressionniste, Paul Signac privilégie les études sur le motif, et divise les tons. Ses compositions sont souvent frontales, et présentent des couleurs vives. Dès cette période, Paul Signac pratique l’aquarelle, qui lui permet davantage de libertés. Ses premières toiles dépeignent les bords de Seine et la mer de Normandie.

Paul Signac expose au Salon des Artistes Indépendants dès 1884, où il découvre Baignade à Asnières de Georges Seurat. Cette découverte est pour lui une révélation esthétique, et le début d’une longue amitié. Il participe aux expositions impressionnistes jusqu’en 1886.

Paul Signac, aux sources du divisionnisme (1886-1895)

Des recherches autour de la couleur

Avec Georges Seurat, Paul Signac mène des recherches sur l’harmonie des lignes et la perception des couleurs à partir de 1884. Ils étudient les théories scientifiques de Charles Blanc, d’Eugène Chevreul, Ogden Rood et Charles Henry. Ensemble, ils s’inspirent de ces études pour développer une technique « divisionniste », basée sur la division et les contrastes de couleurs. Les couleurs pures, apposées en touches distinctes, se recomposent dans l’œil du spectateur. C’est Georges Seurat qui applique ce principe pour la première fois, dans Un Dimanche après-midi sur l’île de la Grande Jatte (1884-1886). Paul Signac, pour sa part, s’affirme comme théoricien du groupe, et illustre Chromatic Circles, l’ouvrage de théorie optique de Charles Henry. Il diffuse aussi ces recherches en participant au Salon des Vingt de Bruxelles en 1888. A la mort de Georges Seurat en 1891, il devient chef de file du groupe.

Paul Signac se distingue par un souci naturaliste de réalité sociale, dans ses œuvres. Ses convictions anarchistes transparaissent dans ses compositions. Convaincu que l’art peut changer la société, il s’y emploie dans des œuvres telles que Au temps d’Harmonie (1895), dont le titre original était Au temps d’Anarchie. Esthétiquement, il s’inspire des estampes japonaises, comme le montre le Portrait de Félix Fénéon (1890).

Les séries néo-impressionnistes

Parmi les thématiques de prédilection de Paul Signac, les paysages maritimes occupent une place importante. Il consacre des séries à la Méditerranée et la Manche, déclinant un même paysage selon les heures, les climats. Navigateur aguerri, il dépeint les quais et ports, vus depuis la Seine ou la mer, entre 1887 et 1895.

Paul Signac associe son travail à des compositions musicales. En jouant avec les couleurs et la ligne, il crée un effet musical. Jusqu’en 1893, il associe un numéro d’opus à chacune de ses œuvres, ajoutant parfois des titres pour créer une harmonie musicale et visuelle.

Un artiste d’influence attaché à Saint-Tropez

En 1892, Paul Signac découvre le port de Saint-Tropez, où il achète la villa de la Hune en 1897. Il peint presque exclusivement les paysages de Saint-Tropez, avec une touche de plus en plus large et colorée. Il y revient chaque année, et y reçoit de jeunes peintres passionnés par l’expression de la couleur. L’un de ces séjours à la Hune avec Henri Edmond Cross eut une influence déterminante sur l’art d’Henri Matisse.

Président de la Société des Artistes Indépendants, Paul Signac est alors une figure majeure de la scène artistique parisienne. Continuant son œuvre de théoricien, il publie en 1899 De Delacroix au néo-impressionnisme, dans lequel il analyse les principes développés avec Seurat.

La seconde période divisionniste de Paul Signac (1895-1935)

Après une période consacrée presque exclusivement à Saint-Tropez, Paul Signac retrouve les thèmes qui avaient inspiré ses premières œuvres. Il découvre aussi nouveaux ports, en France, Italie, Suisse et Turquie.

Le renouveau des sujets s’accompagne d’une évolution de sa manière. A partir de 1895, Paul Signac agrandit ses traits de couleurs. Il compose ses toiles en touches rectangulaires plus larges, attachant davantage d’attention à la structure, au détriment de la division des couleurs. Vive et fluide, la couleur est apposée de manière à laisser apparaître le blanc de la toile. Les coloris s’éloignent progressivement de la réalité observée.

Paul Signac privilégie rapidement l’aquarelle, qui éclipse sa production de peintures à l’huile à partir de 1910.

La cote des œuvres de Paul Signac

La cote des œuvres de Paul Signac bénéficie du goût des collectionneurs internationaux pour les néo-impressionnistes. Elle connaît une croissance stable depuis les années 2000. Si les aquarelles circulent majoritairement en France, les peintures et estampes séduisent les marchés britannique et américain.

La gamme de prix des peintures est assez élevée. Elles sont estimées le plus souvent entre 1 000 000 et 5 000 000 €, et sont rarement vendues pour moins de 10 000 €. Le Port au soleil couchant, Opus 236 (Saint-Tropez) (1892), vendu en 2019 à Londres pour 19 888 045 € (17 000 000 £ ), constitue le dernier record des ventes.

Les aquarelles, œuvres attachées surtout à la deuxième période de sa carrière, s’échangent le plus souvent pour 10 000 à 50 000. Le record est détenu par un éventail, Venise, San Giorgio (1904), vendu en 2013 à New York pour 251 770 € (340 000 $ ).

(Illus.)Le Port au soleil couchant, Opus 236 (Saint-Tropez) (1892)

Vous souhaitez faire expertiser un tableau de Paul Signac et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici. Estimez votre peinture de Paul Signac en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Comment se déroule l'estimation de votre bien ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.