Estimation gratuite de bronze ancien

Le bronze est un alliage de métaux support d’œuvres d’arts, d’ornements, d’objets du quotidien et d’armes. On le retrouve parfois dans la littérature sous le nom d’airain. Cet alliage est constitué de cuivre et d’étain pour environ 10 à 15%. On y retrouve parfois d’autres métaux : plomb, aluminium, argent…

Estimation gratuite bronze ancien

Vous souhaitez faire expertiser un bronze ancien ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre bronze en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Le bronze, plus qu'un matériau

C’est un matériau résistant à l’usure qui a l’intérêt d’être plus fluide en fusion et plus dur à froid que d’autres métaux anciens. Il est également apprécié pour sa résistance qui permet de produire armes et outils, et pour sa couleur proche de l’or. Le cuivre est travaillé par déformation mécanique : martelage, torsion, gravure, ou bien fondu, le plus généralement avec la technique de la fonte à la cire perdue, en fonte pleine ou creuse. Les Grecs et les Romains ont particulièrement utilisé cet alliage, attesté dès le VIIIème millénaire avant notre ère, dans leur art statuaire. Il est utilisé pour des œuvres de petit format dès le VIIème siècle avant J.-C. mais également pour des sculptures monumentales tel que l’Athéna Promachos de 16,4m de haut, commandée à Phidias vers 460 avant J.-C. La statuaire monumentale de bronze, grecque comme romaine, a majoritairement disparu, objet de fonte, de pillages. On la connaît essentiellement par les reproductions de marbre. Les fouilles des sites grecs ont permis de mettre à jour plusieurs milliers de bronzes de petite taille comme les statues géométriques du stade d’Olympie ou la vaisselle de Macédoine ou de Thrace. Des œuvres contemporaines sont connues dans des tombes, notamment chez les peuples celtes ou nordiques. Les Gaulois ont ainsi excellé dans le travail du bronze torsadé nécessitant une technique complexe que l’on ne sait pas reproduire totalement aujourd’hui. En Asie, le cuivre et l’étain sont présents en abondance, le bronze y détient un caractère sacré. Il est utilisé en Chine pour créer des armes ou des vases rituels destinés aux cérémonies funéraires. En Inde, des statues sont fondues ou bien martelées pour prendre les traits des divinités hindoues ou bouddhiques avant d’être dorées puis incrustées de pierres précieuses. Durant le Moyen Âge, en Europe, le bronze est peu utilisé. C’est surtout à la Renaissance qu’il reprend une place majeure avec de nouvelles recherches plastiques. En effet, du XIVème au XVIIème siècle, les artistes cherchent à créer des œuvres de bronze d’un seul tenant. Ces pièces sont particulièrement lourdes et coûteuses en matière première. Cela en fait des objets d’art de grande valeur financés grâce au mécénat de l’Église, des rois et des riches princes. On peut citer les Portes du Paradis de Lorenzo Ghiberti (1378 – 1455) pour le baptistère de Florence, créées entre 1402 et 1424, commandées par l’Arte di Calimala, grande guilde marchande de la cité. La porte est entièrement faite de bronze doré et se compose de vingt-huit panneaux moulés en une fois.

Expertise en ligne de vos bronzes anciens

Bien que supplanté par le marbre durant la période Rococo, le bronze continue de séduire les commanditaires, les artisans et les artistes pour la fabrication de meubles, d’objets d’art et de statues. De nouvelles techniques sont élaborées, telle que la fonte au sable. À Versailles, on en retrouve dans les jardins sous les traits des quatre grands fleuves de France ornant l’une des fontaines de Jean-Balthazar Keller mais aussi dans le palais : ornements, vases, appliques, marqueterie de meubles Boulle ou superbes horloges et pendules…

Les œuvres en bronze sont courantes sur le marché de l’art. On trouve de grands noms mais aussi beaucoup de bronzes anonymes. Pour moins d’une centaine d’euros, on peut acquérir des sculptures du XIXe et du XXe siècle, mais aussi des pièces ou clefs dans les ventes de matériel archéologique. De petites sculptures, des ornements et des bijoux de 100 à 1000€ pour les prix les plus accessibles. Les bronzes d’ameublement sont aussi présents sur le marché. Les meubles d’André-Charles Boulle marquetés et ornés de bronze se trouvent entre 100 000€ et 2 500 000€. Les bronzes étrangers (Asie, Afrique, Moyen Orient) sont également présents en enchères dès 100€ jusqu’à 6 200 000€ pour un lot de trois bronzes de Bouddhas chinois de la dynastie Ming (XVème siècle) en 2016. Récemment, la Tireuse d’épine, bronze du XVIème siècle, de Ponce Jacquiot (1515-1570) a été préemptée à 1 150 000€ par le musée du Louvre.

Vous souhaitez faire expertiser un bronze ancien et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire en cliquant ici . Estimer un bronze ancien en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.