Estimation gratuite de bronze moderne

Vous souhaitez faire estimer gratuitement votre bronze moderne ? Vous êtes au bon endroit sur Estimon’objet !

Selon le critique d’art du XIXème siècle, Anatole-François Gruyer (1825 – 1909), dans son article sur L’Art et l’Industrie du bronze, « autrefois la question d’art primait la question industrielle ». En effet, la question commerciale et la nécessité de la production de masse caractérise une part de l’art depuis le XIXème siècle. Ainsi les bronzes modernes peuvent être distingués selon deux catégories : un art bon marché produit en grande quantité qui permet à tous d’acquérir à bas prix un morceau d’art et de luxe, et un art parfois plus grandiose, plus raffiné ou recherché destiné à des commanditaires plus riches (État, Église, noblesse et bourgeoisie).

Estimation gratuite bronze moderne

Vous souhaitez faire expertiser un bronze moderne ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre bronze en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Histoire du bronze moderne

Le bronze est un alliage de cuivre et d’étain (environ 10 à 15%). Lorsque l’étain est remplacé par du zinc, on parle de laiton. À partir du XIXème siècle, on trouve également le développement du régule, un alliage d’étain et d’antimoine plus économique, à l’apparence très proche du bronze. Cet alliage peut être travaillé à la fonte ou également par déformation mécanique puis travaillé avec des acides pour en modifier la couleur finale : doré, brun, vert…

Le bronze dans l’ameublement connaît un grand succès depuis le travail d’André-Charles Boulle (1642 – 1732) où il vient orner les meubles en guise de marqueterie à la place des traditionnelles essences de bois. On peut également évoquer les meubles de Pierre-Philippe Thomire (1751 – 1843), l’un des bronziers les plus célèbres du Premier Empire, ou ceux de Pierre Fontaine (1762 – 1853) et Charles Percier (1764 – 1838), architectes et décorateurs de Napoléon Ier et créateurs du style Empire. Durant le XIXème siècle, le bronze est fortement utilisé pour les objets d’art mais aussi pour la statuaire pour qui il reste, avec le marbre, l’un des matériaux les plus nobles. Les romantiques, notamment représentés par François Rude (1784 – 1855) et Jehan Duseigneur (1808 – 1866), le préfèrent d’ailleurs au marbre: il est plus léger, plus simple à travailler et plus facilement reproductible. Les bronzes animaliers connaissent leur apogée avec le développement d’un véritable bestiaire d’airain, en partie influencé par le romantisme puis dans divers courants comme l’Art nouveau ou moderne comme le Grand cerf de 1929 de François Pompon (1855 – 1933). À la fin du XIXème siècle, l’art connaît de grands bouleversements stylistiques et techniques. Le bronze reste en usage mais l’iconographie continue d’évoluer, quitte à choquer le public. Degas présente ainsi sa Petite danseuse en 1881, statue réaliste qui a fait scandale et est aujourd’hui l’une de ses œuvres les plus célèbres et les plus reproduites. Depuis le XXème siècle, il est concurrencé par des matériaux nouveaux, parfois plus simples à travailler, souvent moins onéreux. On trouve ainsi des sculptures de plastique, de résines, de polymères, du fil, des fleurs, du cuivre…

Comment reconnaître un vrai bronze moderne ?

Comme tout alliage, la définition du bronze est réglementée : il s’agit d’un alliage composé de 65% de cuivre minimum selon la loi française (8.03.1935). De plus, la facilité de reproduction liée aux techniques de fonte a conduit à légiférer sur le sujet. Les œuvres d’art originales doivent être signées ou dûment autorisées, du vivant ou non de l’artiste, pour les éditions de sculptures, et sont limitées à douze exemplaires numérotés. Les bronzes d’art regroupent les contrefaçons et les reproductions non numérotées, des copies conformes qui ne sont pas des originaux. On peut ainsi acheter des originaux de Rodin fondus l’an dernier puisque le musée dispose des droits et des moules de l’artiste, tandis que les sculptures de François Pompon (1855 – 1933) réalisées après sa mort sont des contrefaçons puisque l’artiste avait exigé la destruction des moules.

Le 27 octobre 2021, le Jeune cerf se grattant le cou de 1906 de Rembrandt Bugatti a été adjugé pour 177 000€. Sur le marché de l’art, on peut trouver des œuvres à moins d’une centaine d’euros et d’artistes renommés à tous les prix. La sculpture la plus chère du monde, vendue aux enchères, est actuellement un bronze, L’Homme au doigt d’Alberto Giacometti de 1947, qui a été adjugé à plus de 125 millions d’euros en 2015. Les sculptures de Giacometti sont les plus chères sur le marché de l’art mais on trouve des œuvres d’autres artistes importants comme Rodin avec des œuvres de 60€ à 13 500 000€ ou Camille Claudel, un peu moins célèbre, avec de très belles œuvres entre 1 350€ et 5 270 000€.

Vous souhaitez faire expertiser un bronze moderne et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Estimer un bronze moderne en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.)Edgar Degas (1834-1917), La petite danseuse de quatorze ans, 1875-1880, bronze, Washington, National Gallery of Art.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.