Estimation gratuite de sculpture médiévale

Il est communément admis que le Moyen Âge commence en 476 à la chute du dernier empereur romain et se termine en 1492 pour laisser place, à la Renaissance. C’est donc une période très longue, qui connaît de nombreuses évolutions.

Estimation gratuite sculpture medievale

Vous souhaitez faire expertiser une sculpture médiévale ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre sculpture en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Histoire de la sculpture médiévale

Les sculptures médiévales peuvent faire partie d’ensembles ou bien être des objets autonomes. La majorité s’inscrivent dans un contexte architectural : à Paray-le-Monial, vers 1080/1090, des artistes sculptent 365 chapiteaux romans représentants des végétaux, des animaux et des personnages du répertoire biblique, qui viennent décorer la basilique. La sculpture comme objet autonome, hors d’une architecture, est courante seulement dans le sens où les objets médiévaux n’existent pas pour eux-mêmes, ils ont nécessairement une fonction et un contexte. Il existe ainsi de très belles statues de Christ ou Vierge à l’Enfant. La production de la sculpture sur ivoire se développe notamment dans le décor de couvertures de livres comme celle du Sacramentaire de Drogon de 845-855.

L’art qui se développe alors est éclectique avec de très diverses influences. Durant la période mérovingienne, l’art connaît une forte influence des peuples germaniques dit « barbares », notamment dans les ornements comme le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains à Metz, avec des motifs animaliers, des entrelacs, des éléments végétaux et géométriques. Le début du Moyen Âge n’est pas un changement brutal mais une longue évolution, il en va de même dans l’art où l’on trouve donc de fortes influences de l’Antiquité chrétienne, notamment durant la période carolingienne qui se veut une renaissance de l’art antique récent dont il nous reste la statue équestre de Charlemagne (727 – 814) d’un atelier royal. Cette œuvre est à la fois un remploi d’un objet antique, le cheval est du IIIème siècle, et une sculpture carolingienne de bronze, le cavalier représentant l’empereur à la manière antique, glaive (disparu) et sphère, symbole de son pouvoir à la main. La sculpture médiévale bien qu’influencée a aussi un style propre. Les deux statues expressives de l’Église et de la Synagogue, de la cathédrale de Notre-Dame de Strasbourg, taillées vers 1225, sont de très belles allégories représentatives du « style 1200 » en France. La statue de Sainte Barbe d’un artiste anonyme datée de 1470 est dans la continuité du style gothique tout en présentant dans son déhanchement les prémices de la Renaissance, dont les premiers artistes ont déjà émergé en Italie à la fin du Moyen Âge.

Estimer une sculpture d'époque médiévale

La sculpture médiévale est un art qui n’existe pas sans contexte. Ses œuvres sont donc au service de la religion et au service des dirigeants. La statue équestre de Charlemagne est l’un des rares exemples de représentation d’un souverain médiéval hors d’un contexte religieux. Les représentations sculptées des monarques sont le plus souvent visibles sur leur gisant. Jeanne d’Évreux (1307 – 1371) est l’une des premières reines françaises à avoir commandé son gisant de son vivant. Philippe le Hardi (1342 – 1404) a commandé l’un des gisants les plus célèbres du Moyen Âge à Jean de Marville ( ? – 1389), Claus Sluter (1350 – 1406), Claus de Werve (vers 1370 – 1439) et Jean Malouel ( ? – 1415). Cette immense pièce d’albâtre, de marbre blanc et de marbre noir représente le Duc de Bourgogne gisant sur un socle noir porté par quarante et un pleurants. L’œuvre fut déjà célèbre de son temps, si bien que des chroniques racontent que certains visiteurs en ont emporté des fragments.

La sculpture médiévale est syncrétique, elle évolue au contact des autres civilisations et de leurs traces. Cette sculpture se retrouve majoritairement dans le contexte religieux soit comme objet autonome, soit comme élément architectural. Sur le marché de l’art, il faut faire attention aux objets partiellement composés d’ivoire dont le commerce est codifié par la réglementation de Washington de 1975. Parmi les pièces les plus chères, deux pleurants, pièces très rares, issues du cortège funéraire du Tombeau de Jean de France, duc de Berry, ont été adjugées à 4 400 000€ en 2016. Pour un budget plus réduit, une Licorne porte-écu en calcaire et fer forgé de la fin de la période médiévale, a été adjugée à 10 000€ en 2014. Les objets les plus courants sur le marché restent les statues de pierre ou de bois représentant des saints, la Vierge Marie ou des scènes religieuses ainsi que quelques chapiteaux. En 2012, un chapiteau roman de trois quarts en pierre calcaire du XIIème siècle au décor de feuilles d’eau stylisées a été adjugé à 1600€.

Vous souhaitez faire expertiser une sculpture médiévale et recevoir son estimation ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Estimer une sculpture médiévale en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.)Sainte Barbe, vers 1470, sculpture sur bois peinte. Paris, Petit Palais.

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.