Estimation gratuite de meuble XIXème siècle ​

L’étude du style des meubles anciens est l’un des critères pour dater, authentifier et estimer les meubles de l’Ancien Régime. Le mobilier évolue au gré des transformations du mode de vie. Objet d’apparat et de prestige, les styles de mobilier apparaissent à la fin du Moyen Âge, lorsque les notables se sédentarisent, permettant au menuisier de proposer des formes monumentales et décorées. 

Estimation gratuite meuble ancien regime

Vous souhaitez faire expertiser du mobilier ancien régime ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre meuble ancien régime quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Les styles de meubles anciens du XVIIème siècle : Henri IV, Louis XIII et Louis XIV

Sous l’Ancien Régime, les meubles anciens font la part belle au bois sculpté et tourné dès le début du XVIIème siècle. 

Mobilier de style Henri IV et Louis XIII

Les meubles de style Henri IV (1589-1610) et Louis XIII (1610-1643), très comparables, sont d’un goût lié à la fin de la Renaissance et au début de l’ère baroque. Les meubles deviennent des objets décoratifs sous l’action de menuisiers tels que Jean Macé et Alexandre Oppenordt. 

Sous Louis XIII et Anne d’Autriche, le mobilier occupe le sommet de la hiérarchie des objets d’arts. Les meubles anciens sont particulièrement ostentatoires par leur sculpture en très fort relief et par les matériaux employés. Les meubles sont souvent plaqués d’essences précieuses comme l’ébène. Les bois noirs sont si appréciés qu’on noircit parfois les bois clairs pour les imiter. Le décor peut être incrusté d’autres matériaux, notamment de corail et d’ivoire. 

Les meubles adoptent des lignes droites, mais sont rehaussés de sculpture en fort relief, souvent inspirées de l’Antiquité. Les meubles sont de véritables objets d’apparat. Les formes les plus fréquentes sont les coffres, les cabinets, les buffets à deux corps, les chaises à bras, les caquetoires et les fauteuils à haut dossier. C’est en effet à cette période que l’on voit apparaître le cabinet. Quant aux fauteuils, ils adoptent une assise basse, et disposent d’un haut dossier incliné vers l’arrière.

Meubles de style Louis XIV 1660-1700

Sous Louis XIV (1643-1715), les meubles sont monumentalisés. À partir de 1660, lorsque débute le règne personnel du roi, le bois doré connait un grand essor. Les artisans les plus représentatifs du style Louis XIV sont issus de toute l’Europe. Domenico Cucci, Philippe Caffieri, André-Charles Boulle, et Sébastien Oppenordt sont associés au règne du roi Louis XIV. 

Les formes des meubles les plus appréciées sont les consoles, guéridons, bonnetières, fauteuils, et buffets. C’est également à cette période qu’apparaissent le bureau, la commode, et l’armoire monumentale à deux portes (et non plus quatre vantaux). 

Les sculptures sont valorisées par la dorure. Il s’agit généralement de motifs végétaux d’inspiration antique (guirlandes, palmettes, acanthes) et de représentations d’enfants. À partir des années 1680, on voit également se développer la marqueterie de bois et de métal, et parfois même uniquement de métal. André-Charles Boulle est réputé pour avoir perfectionné la marqueterie de métal, qui peut être réalisée en première partie ou en contrepartie.  

Les styles du XVIIIème siècle : Régence, Louis XV, et Louis XVI

Mobilier Régence 1700-1730

Au début du XVIIIème siècle, en correspondance avec la fin du règne de Louis XIV (1643-1715) et la Régence (1715-1723), les formes des meubles s’assouplissent progressivement. Les pieds des fauteuils, légèrement galbés, se terminent désormais en volutes. 

Les meubles présentent toujours un décor sculpté, mais le vocabulaire décoratif annonce le goût rocaille qui se développe sous Louis XV. Les motifs de prédilection sont les coquilles, les palmettes, les feuilles d’acanthe, les espagnolettes, les masques féminins, ainsi que les décors animaliers. Le goût pour la singerie s’affirme. Outre le décor sculpté, les artisans jouent sur les jeux de contrastes des dorures.   

Les meubles de style Louis XV 1730-1760

C’est avant tout au goût Rocaille que sont associés les meubles créés sous le règne de Louis XV (1710-1774), bien qu’il connaisse également l’introduction du style Néoclassique. 

Les meubles rocailles adoptent des formes contournées, à la façade gonflée et aux pieds galbés, inspirés des irrégularités de la nature. La maitrise des techniques d’assemblage permet d’alléger la structure des meubles anciens. 

Les meubles sont souvent marquetés et ornés d’un décor géométrique. C’est sous Louis XV qu’apparait la technique du frisage. Les meubles sont également plaqués de matériaux exotiques comme des panneaux des laque, déposés d’un paravent chinois ou japonais et pris dans un cartouche. Pour imiter la laque, le vernis martin est développé. Cette technique permet des décors bleus et blancs qui copient la porcelaine chinoise. La marqueterie de pierre dure vient également souvent parer les meubles de style Louis XV. Les ornements de bronze pittoresques ont aussi très présents. Parmi les motifs privilégiés, on dénombre les singeries, les scènes animalières, les pattes d’ours, mais également les ornements aquatiques et les coquilles. 

L’estampille est rendue obligatoire en 1744, ce qui facilite l’attribution du mobilier Louis XV. Parmi les estampilles les plus remarquées du style Louis XV, on compte B.V.R.B., pour Bernard II Van Risen Burgh (1705-1766). 

Le style Transition 1750-1774

Progressivement, les meubles rocaille s’assagissent et annoncent le Néoclassicisme. On parle alors de style Transition, qui correspond au Rocaille symétrisé classicisant. 

Les ornements des meubles anciens se symétrisent. Les galbes des meubles sont plus maitrisés, en référence à la fois au classicisme et au règne de Louis XIV. La marqueterie en jeux de cubes et losanges est l’un des motifs les plus prisés. Les décors de bronze d’inspiration antique sont parmi les plus fréquents. 

Les formes des meubles se multiplient, et l’on voit apparaitre les bureaux dos d’âne, à cylindre et à lattes, les secrétaires à abattant, le bonheur du jour et le bureau à cylindre. 

Le style Louis XVI 1770-1789

Le style Louis XVI correspond au goût Néoclassique, annoncé par le style Transition. Il éclot en réalité à la fin du règne de Louis XV, dès 1770, et prend son essor sous Louis XVI (1774-1792). Les artisans associés à ce style sont Adam Weisweiler, Jean-Henri Riesener, Jean-François Oeben, Georges Jacob, et Jean-Baptiste-Claude Séné. 

Sous l’influence de la redécouverte de Pompéi et des fouilles qui y sont menées à partir de 1748, les meubles copient plus fidèlement l’Antiquité classique. Les formes se font plus rectilignes et symétriques. La partie centrale n’est plus galbée, mais mise en avant par une légère saillie. Cette évolution permet l’ajout d’ornements en porcelaine, que l’on commence alors à produire en France. 

Les décors sont le plus souvent d’inspiration antique. Le piétement des meubles en souvent cannelé, et le motif de la colonnette carrée est récurrent. Les décors mosaïqués sont également fréquents. En ce qui concerne les bronzes dorés, on retrouve souvent un décor de nœud ruban, de draperie, et de cornes d’abondances. 

La Révolution française provoque une rupture radicale en France, qui bouleverse l’art de vivre et par écho le mobilier. Avec la fin de l’Ancien Régime, les symboles d’apparat sont rejetés. Les meubles deviennent alors extrêmement sobres, avant un renouveau du mobilier français au XIXème siècle.

Estimation gratuite de votre meuble Ancien Régime

L’estimation d’un meuble de l’Ancien Régime varie en fonction de sa datation et de sa nature, de son estampille, et de son état de conservation. L’observation de l’essence des bois employés, de la qualité des sculptures, et de la technique d’assemblage permettent de confirmer la datation indiquée par le style du meuble. 

Les meubles anciens « courants » s’échangent aujourd’hui pour quelques centaines d’euros. Si l’intérêt des collectionneurs pour ces meubles ordinaires a aujourd’hui chu, il en est tout autre pour les « grands meubles ». Ces derniers, qui peuvent se targuer d’un parfait état de conservation, d’une provenance prestigieuse, et d’une qualité exceptionnelle, continuent à provoquer un envol des prix. Un budget de 30 000 à 50 000 € permet d’acquérir une table à écrire de Bernard II Van Riesen Burgh, tandis qu’il faut prévoir 200 000 à 300 000 € pour obtenir une armoire marquetée du même artiste.  Les grands meubles du XVIIème siècle ne sont pas en reste. Ainsi, en 2019, un cabinet attribué à Pierre Gole, ébéniste de Mazarin et de Louis XIV, a été adjugé à Paris pour 995 400 €. 

Vous souhaitez faire expertiser un meuble Ancien Régime et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un meuble Ancien Régime en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Caquetoire française, seconde moitié du XVIème siècle, bois et velours de soie, New York, Metropolitan Museum of Art

 

Toutes les catégories de meuble ancien

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.