Estimation gratuite d'objet en verre ​

Les objets de verre ont de multiples propriétés : le verre est en effet un matériau à la fois imperméable et translucide, qui ne donne pas de goût aux aliments. Ces caractéristiques rendent ce matériau apte à de nombreux usages. Les objets de verre se trouve donc liés aux arts de la table, à la parure, à la médecine et à la cosmétique, au sacré, et au design

Estimation gratuite objet en verre

Vous souhaitez faire expertiser un objet en verre ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre objet en  verre en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

L’Antiquité des objets de verre

Lorsque le verre est inventé au IIIème millénaire avant notre ère, au Proche-Orient, il s’agit avant tout d’une matière de prestige. Les premiers objets réalisés dans l’Antiquité sont des perles de verre. Progressivement la technique se diffuse. Dès le XVIème siècle avant notre ère, en Mésopotamie, la technique du verre moulé sur noyau est maitrisée, ce qui permet une diversification des formes. Le verre est employé pour la parure (bijoux, pendentifs, amulettes), ainsi que pour les récipients (coupes, gobelets, flacons pour huiles parfumées et fards). 

La technique se propage en Égypte, mais est délaissée lors des troubles du Nouvel Empire, vers 1200 avant notre ère. Les seuls objets produits sont des perles, des sceaux et amulettes. Les objets de verre connaissent un nouvel essor à l’époque hellénistique en Égypte.

La technique du verre sur noyau est également reprise dans le Levant phénicien, au IXème – VIème siècle avant notre ère. Les types d’objets sont diversifiés, et inspirés par la céramique grecque contemporaine. Ainsi, on trouve des balsamaires en œnochoé, des amphorisques, ou encore des aryballes de verre. 

L’art verrier connaît un renouveau à la période hellénistique, avec une multiplication des formes et techniques de travail du verre. Le verre mosaïqué, le verre camé, et le verre rubané d’or se développent à cette période Ils sont réservés à une production de luxe. 

L’invention du verre soufflé en Phénicie au tournant de notre ère constitue la plus grande innovation de toute l’histoire de la verrerie. Cette technique permet de produire des objets de verre à plus grande échelle, et d’en faire un objet de consommation courant. Le verre soufflé supplante le verre moulé au cours du Ier siècle, permettant ainsi la production d’une verrerie utilitaire. Cette innovation s’accompagne d’une démultiplication des formes d’objets en verre. Sous le Haut Empire romain, les flacons de parfum sphériques et parfois soufflés dans des moules à relief (en forme de dattes, raisins, têtes humaines…), les bouteilles d’huile et de vin, et les coupes avec ou sans pieds sont les formes les plus fréquentes.

La fin de l’Antiquité et le Haut Moyen Âge s’appuient sur ces innovations romaines et produisent un nombre important de verres d’usage. Les ateliers de Rhénanie et de Torcello comptent parmi les plus actifs à la fin du Vème – début du VIème siècle. Cependant, on observe une réduction du nombre de formes. Les types d’objets les plus courants sont alors les cornes à boire, verres à pied, gobelets coniques ou en forme de cloche. Les décors de filets dits « à larmes » sont caractéristiques de cette période. Les productions plus luxueuses sont réalisées à partir de verre taillé, notamment les vases diatrètes.

Les types d’objets en verre les plus fréquents au Moyen âge

L’art du verre connaît une éclipse sous les Carolingiens, mais renaît au Moyen Âge au XIIème-XIIIème siècle, sous l’effet des liens avec le Proche-Orient. Parmi les formes les plus fréquentes de cette période, on compte les flacons d’inspiration orientale, au décor parfois émaillé dit « syro-franc ». 

Au XIIIème siècle, on réalise principalement des coupes à pied dites hanap et des verres à profil évasé. Le gobelet demeure l’objet le plus courant au XIVème et au XVème siècle, mais le décor évolue. Il est alors généralement orné de motifs appliqués, ou de décors réalisés dans la masse. 

En ce qui concerne la verrerie d’usage, le verre à vitre, les lampes à huile, et les flacons (à médicaments, parfums, eau bénite et reliques) sont les objets de production les plus courants. Les objets médicinaux de verre se diffusent également à cette période, en particulier les urinaux et les fioles pour le sang. 

Le renouveau des objets de verre à la Renaissance

À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, les objets de verre se renouvellent dans leurs formes et techniques dans les pays germaniques et en Italie en particulier. 

En Italie, Venise s’affirme comme principal centre de production dès la fin du XIIIème siècle. La verrerie de luxe à décor d’émaux se développe aux XIVème-XVème siècles. Les formes les plus communes sont les hanaps, les gobelets et les coupes. C’est surtout du point de vue de la qualité du verre et des techniques de décor que les verriers de Murano se distinguent. 

En Allemagne et en Bohème, dès la fin du Moyen Âge, on voit des types de gobelets originaux se diffuser. Les krautstrunks, gobelets évasés ornés d’appliques du XIVème-XVème siècle deviennent les Römers au XVIème siècle. Les Scheuers, hauts verres cylindriques à pied ajouré se développent également vers 1500. 

La production d’Angleterre et d’Espagne prend son essor également au XVIème siècle. Les verriers de ces pays proposent des formes originales, inspirées entre autres de la manière de Venise. Ainsi, en Espagne, du XVIème au XVIIIème siècles, les verriers mêlent des éléments d’inspiration vénitienne et arabe. Parmi les formes les plus typiques de la verrerie espagnole, on compte la cruche càntir, le pichet porró, et l’aspersoir almorratxa.

La diversification des formes d’objets en verre

Au XVIIIème siècle, les formes d’objets en verre se diversifient encore. Ce mouvement accompagne l’apparition des services de tables, et de la codification des usages. À chaque mets et à chaque activité correspond une forme d’objet inventé à cet effet. On voit donc se multiplier les coupes, parfois couvertes, gobelets, flutes, jattes et carafes. 

Ce mouvement de diversification a lieu dans un contexte de concurrence féroce entre les verreries de Venise, de Bohême et d’Angleterre. 

Le goût éclectique du milieu du XIXème siècle accentue encore cette tendance à la multiplication des formes. En effet, les artisans opèrent un retour vers les formes anciennes en particulier en Allemagne et à Murano. 

La modernité des formes d’objets en verre au XXème siècle

Les types d’objets en verre connaissent un vrai renouveau avec l’Art Nouveau. Les maîtres verriers tels qu’Émile Gallé ou encore les frères Daum cherchent alors à moderniser les techniques de travail du verre, ainsi que les formes des pièces. Les formes des verres s’adaptent aux nouvelles technologies, comme le montrent les lampes électriques créées en collaboration entre Daum frères et Tiffany. 

Ce renouveau des formes perdure avec l’Art Déco, et tout au long du XXème siècle. Les artisans cherchent à proposer des objets aux formes fonctionnelles, en particulier en Allemagne et en Suède après la Première guerre mondiale. 

Faire estimer gratuitement un objet en verre

L’estimation d’un objet en verre varie grandement en fonction du type d’objet, de son ancienneté, de la qualité du travail du verre et du décor, de la cote de son auteur, de son état de conservation et de sa taille. 

Ainsi, la coupe Libellule d’Emile Gallé a été acquise en 2008 à Tokyo pour 634 000 € (100 000 000 JPY ), tandis que les coupes de Murano Frammenti de Marco Zito et Pizzicati de Norberto Moretti réalisées pour Salviati s’échangent plus souvent pour une vingtaine d’euros. 

Les pièces exceptionnelles des grands noms de la verrerie tels que René Lalique, Émile Gallé, ou encore Ercole Barovier remportent les adjudications les plus hautes. 

Vous souhaitez faire expertiser un objet en verre et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer un objet en verre en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Toutes les catégories de verrerie

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.