Estimation gratuite de tableaux italiens

Pour faire estimer une peinture italienne en votre possession, contactez l’équipe d’Estimon’objet !

Le XVème siècle, aussi désigné sous le terme italien de Quattrocento, constitue un moment majeur pour l’histoire de la peinture italienne.

Ce siècle a en effet vu émerger de nombreux bouleversements quant aux représentations picturales. La ville de Florence, en Toscane, est florissante, et constitue le centre d’un véritable renouveau des arts.

Estimation gratuite de tableaux italiens

Vous souhaitez faire expertiser un tableau italien ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre tableau en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

L'histoire de la peinture italienne dans l'art

Les peintres se forment au sein de la corporation Arte dei Medici et Speziali à Florence, fondée en 1313. Les sujets restent, durant la première moitié du XVème siècle, uniquement tournés autour de la tradition religieuse. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du siècle que l’on voit apparaître des portraits indépendants ou des sujets tirés de la mythologie. L’image répond alors à trois nécessités : enseigner l’histoire religieuse, et la faire mémoriser aux fidèles tout en jouant sur l’affectivité. Cependant, au cours du Quattrocento, on assiste à une évolution du rôle de l’image qui ne doit plus tant être mnémonique que narrative, c’est-à-dire que les peintres cherchent à raconter une histoire.

Parmi les peintres majeurs de ce Quattrocento italien, on retiendra plusieurs noms. Tout d’abord, Gentile da Fabriano qui, à travers son retable polyptyque de l’Adoration des mages, une peinture a tempera sur bois réalisée en 1423, représente le trajet des rois-mages venus rendre hommage à l’enfant Jésus. Cette histoire est transmise selon une construction hybride, avec trois lunettes en haut et un panneau en bas du retable. Ce tableau d’autel, d’une grande richesse et aux détails très minutieux, a été commandé par Palla Strozzi. Masaccio, quant à lui, applique à La Sainte Trinité, une fresque au format monumental qui se trouve dans l’église de la Santa Maria Novella, les préceptes de Filippo Brunelleschi relatifs à une nouvelle perspective. Il s’agit d’utiliser un seul point de fuite pour réaliser toute la construction du dessin. Fra Angelico est, quant à lui, peintre dévotionnel à Florence dès 1417. Il travaille au service de couvents ou d’établissements dominicains. Il est particulièrement connu pour avoir réalisé les fresques du couvent San Marco à Florence à partir de 1439. Il y réalise des fresques du maître-autel et de chacune des cellules monacales. Obéissant d’abord à un but pédagogique, ses œuvres, qui racontent des épisodes de la Passion, sont d’une grande finesse dans le rendu des détails.

Expertiser une œuvre d'art italienne

En 1418, un autre artiste, Filippo Lippi arrive à Florence pour intégrer le couvent des Carmines. Comme Fra Angelico, il travaille autant pour des institutions religieuses et civiles que pour la bourgeoisie florentine. Ce sont des visages sculpturaux aux traits fins et un travail très poussé des drapés qui font la particularité de son esthétique. Les corps de ses personnages habitent les espaces dans lesquels ils se trouvent, à travers un travail sur la perspective et sur les couleurs. On pourrait encore nommer Piero della Francesca, reconnu pour son travail minutieux dans le rendu des textures, autant à travers des sujets bibliques que profanes, ou encore Sandro Botticelli qui, à la fin du XVème siècle, se forme dans l’atelier de Filippo Lippi. Très connu pour avoir peint le Printemps en 1478 et La Naissance de Vénus entre 1478 et 1486, Botticelli procède dans ses sujets à une synthèse entre l’Antiquité et sa propre époque avec une touche très gracieuse. Sa cote actuelle avoisine les 600 000 euros pour des panneaux d’environ 80 centimètres de diamètre. Il est classé 782e en 2020 selon le classement établi par Artprice, avec un seul lot vendu cette année-là. Parmi les lots vendus ces dernières années, on notera le lot n°15 lors d’une vente du 28 janvier 2021 à New-York. Ce Portrait d’un jeune homme tenant une cocarde, une détrempe de petit format a été adjugé 76 028 291 euros.

Artiste polyvalent, Daniel Buren a exploré les différents médiums et s’est essayé à de nombreuses matières. Dessins, objets, estampes, sculptures ou encore peintures : ce sont là tous les travaux qu’il laisse derrière lui, car plus l’artiste a progressé dans sa démarche artistique, et plus ses œuvres sont devenues éphémères au fil du temps. Ces pièces rares peuvent être accessibles comme être particulièrement prisées des collectionneurs, notamment en ce qui concerne ses peintures et ses sculptures.

L’estimation d’une peinture de Daniel Buren varie entre 469€ et 1 338 825€. À titre d’exemple, une Peinture aux formes variables de 1966 est estimée entre 400 000€ et 600 000€. Quant aux sculptures, le modèle sur bois Barre haute de 2001 s’est vendu à 8900€, mais son Cadre décadré – 04 a4, lui, est estimé entre 35 000€ et 45 000€.

Vous souhaitez faire expertiser un tableau italien et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Estimer un tableau italien en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel. 

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.