demo-attachment-40-Path-4

Estimation d’une lampe gratuite et en ligne

Les lampes, connues dès l’invention du feu à la Préhistoire, permettent de déplacer la source de lumière. Elles ont évolué au gré des transformations des modes d’éclairage. 

demo-attachment-366-Path_1348
LAMPE-min

Lampe à huile

La lampe à huile est la plus ancienne lampe connue. Il s’agit le plus souvent d’une coupelle recueillant de la graisse animale et une mèche, brûlant doucement, diffusant ainsi un éclairage ténu. La graisse animale est bien souvent privilégiée à l’huile végétale, plus onéreuse. 

La lampe à huile est le plus souvent réalisée à partir d’une pierre, ou bien de terre cuite. C’est la principale lampe employée de l’Antiquité au XVIIIème siècle. La diversité des formes et des décors des lampes à huile permet de les dater. Certaines portent des décors particulièrement raffinés qui peuvent être sculptés dans la pierre, ou encore estampée dans l’argile. 

Lampe à pied  

Certaines lampes présentent un pied, et s’adaptent ainsi à l’apparition des chandelles et bougies. La chandelle est une création du Moyen Âge. Elle se compose de graisse animale durcie (suif), entourée autour d’une mèche. La bougie, quant à elle, est réalisée à l’aide de cire filtrée à partir du XIVème siècle. Plus onéreuse, la bougie ne supplante la chandelle qu’au XIXème siècle. 

L’apparition des bougeoirs et des chandeliers répond à cette diversification des modes d’éclairage. Il s’agit de lampes à pied, qui accueillent la lumière par une verge ou une bobèche. Les lampes peuvent porter plusieurs lumières, lorsque les bras sont démultipliés. On parle alors de candélabre. Les bougeoirs et chandeliers peuvent également être fixés au mur, devenant ainsi des bras de lumière et des plaques de lumière. 

Les lampes à pied sont le plus souvent réalisés en métal, et s’adaptent au style contemporain. Ainsi, au XVIIIème siècle, nombreux sont les exemplaires d’argent au décor rocaille, inspirés par la nature. Au XIXème siècle, les pieds des lampes sont au contraire plus rectilignes, et reprennent des ornements d’inspiration antique. 

Les lampes de la modernité

Les types de lampes se multiplient à la Révolution industrielle, avec l’élaboration de nouveaux modes d’éclairage, plus modernes. 

Ainsi, au début du XIXème siècle, sous Louis XVIII, Philippe Lebon met au point les lampes à gaz. Il s’agit de lampes éclairées à l’aide d’un gaz inflammable. Plus simples d’usage, ces lampes sont cependant dangereuses, et le risque d’incendie est important. 

La lampe à pétrole est mise au point en 1853, et reste d’un commun usage jusqu’aux années 1940. Cette lampe de la modernité se compose d’un réservoir contenant du pétrole, qui éclaire grâce à la mèche protégée par le bec (cheminée de verre). Les lampes à pétrole les plus connues sont les lampes Messenger, Evered, Rochester, et Hinks,

La lampe à incandescence inventée par Joseph Swan, et perfectionnée par Thomas Edison en 1879 inaugure l’éclairage électrique. Les lampes, qui disposent d’ampoules à filament de carbone, puis à finalement métallique, sont alors dotées d’un abat-jour de verre ou de tissu. L’abat-jour dérive de l’écran qui protégeait la flamme de la bougie depuis le XIVème siècle. Les artistes de la modernité se l’approprient au tournant du XXème siècle, pour donner naissance à des œuvres Art Nouveau et Art Déco. 

Au XXème siècle, on voit apparaître les lampes néon. Les tubes fluorescents, proposés dès 1901, sont particulièrement appréciés par les artistes pour leur capacité à sculpter la lumière. Ces tubes sont utilisés dans l’art les années 1940. À la suite du pionnier Gyula Košice, les artistes reconnus comme maîtres dans l’emploi du néon sont James Turrell, Robert Montgomery, Martial Raysse, Dan Flavin, et Tracey Emin.

Faites estimer gratuitement votre lampe

L’estimation d’une lampe varie en fonction de son ancienneté, de son type, de sa rareté, des matériaux constitutifs, de son état de conservation, et de la cote de son auteur. 

Ainsi, une lampe de mineur ou une lampe à pétrole ancienne s’échange le plus souvent pour une centaine d’euros, à moins qu’il ne s’agisse d’un exemplaire exceptionnel. Ainsi, une lampe d’accrochage Clanny de 1880 a été vendue pour 2 900 € à Saint-Etienne en 2022 en raison de la rareté de son type. Il s’agit en effet de l’un des deux seuls exemplaires connus de ce modèle.  

Si la lampe est la création d’un artiste renommé, les prix peuvent dépasser les 100 000 €. Ainsi, les lampes d’Émile Gallé suscitent l’enthousiasme des collectionneurs, et une lampe de table Pivoine ou Rhododendron des années 1910-1920 s’échange pour 80 000 à 200 000 €. Le record est détenu par une lampe Pivoine d’Émile Gallé adjugée en 2022 à Tokyo pour 203 241 € (26 000 000 JPY). 

Vous souhaitez faire expertiser une lampe et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une lampe en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Emile Gallé, lampe en verre camée, v. 1920, Espagne, Tarragone, Museu Deu.

Comment se déroule l'estimation de mes Luminaires ?

Pour faire expertiser votre objet, c’est simple : effectuez une demande d’estimation gratuite via notre formulaire en ligne.
Nos commissaires priseurs et spécialistes vont étudier votre pièce sous toutes ses coutures grâce aux photos envoyées et vous feront une estimation de sa valeur en deux jours.
Tout se fait en trois étapes seulement 

Remplir le formulaire estimation

Nom, prénom, email, téléphone… Toutes les informations nécessaires pour que nos experts puissent vous recontacter suite à votre demande d’expertise d’objet.

Réponse en 48 heures

Une fois que nous avons reçu les éléments, nos commissaires priseurs réalisent l’expertise de votre bien et vous fournissent une première estimation en 48h. 

Joindre vos photos

Veillez à ce que les photographies soient nettes, de bonne qualité et prises sous tous les angles afin que nos experts puissent réaliser l’estimation de votre œuvre.