Estimation gratuite de tapisserie

La tapisserie est un art textile somptuaire qui se développe véritablement à partir du XIVème siècle. Les tapisseries ont un usage à la fois utilitaire et décoratif, et constituent dès l’origine des objets de luxe. 

Estimation gratuite tapisserie

Vous souhaitez faire expertiser un tapisserie ? Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer votre tapisserie en quelques clics et recevez une réponse sous 48h. C’est gratuit et totalement confidentiel.

Les origines de la tapisserie

Les origines de la tapisserie remontent à l’époque médiévale, où elle était pratiquée à la fois par les artisans coptes et byzantins. Les pièces du XIème au XIVème siècle portent des ornements en médaillon, et s’inspirent de l’art byzantin. Les tapisseries européennes sont cependant mieux connues à partir du XIVème siècle. 

En France, les principaux centres de production de la tapisserie à l’époque médiévale sont à Paris et à Arras. Les réalisations parisiennes sont peu nombreuses, et portent le plus souvent des motifs géométriques et héraldiques. 

Les tapisseries historiées, inspirées de l’art de la peinture, apparaissent dès le XIVème siècle, sous Charles V. Les ateliers parisiens disparaissent cependant au début du XVème siècle en raison des troubles politiques et sociaux de la guerre civile qui agite alors la capitale. 

La tapisserie de haute lisse se développe à Arras au début du XIVème siècle. Ce sont cependant les tapisseries de Tournai et Bruxelles qui dominent le marché de l’art au XVème et au XVIème siècle. 

A la fin du Moyen Âge, les motifs les plus prisés sont les vies de saints et les scènes d’amour courtois. Les tapisseries à armoiries parlantes sont également très appréciées. Le décor tend à être couvrant, comme en témoignent les tapisseries mille fleurs de l’époque. 

La tapisserie à la Renaissance

La Renaissance constitue une période de renouvellement de la tapisserie grâce à l’influence italienne. Ainsi, Raphaël donne en 1515 des cartons aux lissiers de Bruxelles. Sous son influence, les lissiers réalisent des tapisseries aux compositions amples, qui mettent en valeur le personnage principal dans un goût inspiré de la Renaissance italienne. Les tapisseries des Flandres et d’Aubusson proposent également un décor lié à la nature sauvage, peuplé d’animaux réels et fantastiques. 

Les tapisseries de la Renaissance sont le plus souvent encadrées par de riches bordures ornées de guirlandes. 

Le XVIIème siècle, l’âge d’or de la tapisserie

Le XVIIème siècle est considéré comme l’âge d’or de la tapisserie. En France, la production est encouragée par Henri IV et Louis XIII qui font venir des lissiers flamands pour stimuler la création française. Louis XIV approfondit cette démarche en fondant des manufactures royales, en particulier la manufacture royale des Gobelins en 1662, puis la manufacture sous protection royale de Beauvais. 

En France, ce sont les peintres de cour qui donnent les cartons des tentures. Les tapisseries présentent des sujets héroïques, comme l’Histoire d’Alexandre. 

Dans les Flandres, les tapisseries inspirées de romans remportent un grand succès. Dans la première moitié du XVIIème siècle, les tentures aux motifs tirés de L’Astrée de Honoré D’Urfé ou de Pastor Fido de Guarini sont très recherchées.

Les motifs floraux demeurent également un thème de prédilection des commanditaires. Entre 1620 et 1635, les tapisseries ornées de bouquets de fleurs dans un vase sont fréquentes à Aubusson.  

Les tapisseries du XVIIIème siècle

Au XVIIIème siècle, l’intérêt porte désormais davantage sur l’ornement des tapisseries. Ces dernières sont généralement de plus petites tailles, pour s’adapter à la diminution des tailles des pièces. Elles doivent également pouvoir s’insérer dans les boiseries qui se popularisent à ce moment-là. 

Les motifs des tapisseries, dessinés par Coypel, Boucher, Oudry, Watteau, ou Huet, sont le plus souvent des scènes à tonalité galante ou champêtre, encadrées par un alentour majestueux. Il s’agit de séduire et d’émouvoir le spectateur.  

La production des tapisseries est florissante jusqu’à la Révolution.  

La tapisserie au XIXème et au XXème siècle

L’art de la tapisserie perdure au XIXème siècle grâce aux grandes commandes de l’État et de l’Église. Le goût pour le textile d’ameublement se développe, mais la tapisserie souffre de l’essor contemporain du tapis. 

Les créations les plus appréciées des commanditaires de tapisseries sont les scènes tirées de l’histoire de France, et les retissages de cartons anciens, dans un goût éclectique. 

La tapisserie renoue avec la modernité et l’Avant-garde artistique à la fin du siècle, lorsque les artistes Nabis et de l’Art Nouveau manifestent un intérêt nouveau pour cet art textile. La tapisserie s’affirme comme l’un des supports de l’art contemporain dans les années 1920. En effet, les travaux présentés par l’école d’Art Décoratif d’Aubusson à l’Exposition internationale des Arts Décoratifs en 1926 surprennent le public par leur modernité. 

Le renouveau de la tapisserie est encouragé par l’action de Jean Lurçat à Aubusson. Il met en image les compositions d’Aragon, Tzara et Desnos à l’aide de coloris vifs. Il souhaite libérer de cette manière la tapisserie de l’art de la peinture. 

Marie Cuttoli accompagne ces recherches grâce à sa manufacture installée à Aubusson en 1928. Elle commande en effet des cartons à de nombreux artistes de l’Avant-garde artistique, comme Lucien Coutaud, Jean Lurçat, Georges Rouault, Pablo Picasso, Georges Braque, Le Corbusier, Raoul Dufy, ou encore Man Ray. Encore aujourd’hui, la tapisserie est un outil de création contemporaine. 

Faites estimer gratuitement une tapisserie

L’estimation d’une tapisserie dépend de l’ancienneté et de l’état de l’œuvre, de ses dimensions, de l’auteur de son carton et de la rareté de la pièce. 

Les tapisseries s’échangent le plus souvent pour quelques centaines à quelques dizaines de milliers d’euros, en fonction de ces critères. 

Le record des ventes est détenu par la tapisserie des conquêtes de Louis le Grand, d’après un carton de Jean-Baptiste Martin des Batailles, tissée au XVIIème siècle à la manufacture de Beauvais. Cette dernière a été adjugée pour 1 603 703 € (3 094 000 000 ITL) à Venise en 1998. 

Vous souhaitez faire expertiser une tapisserie et recevoir son estimation. Remplissez votre demande via notre formulaire. Faites estimer une tapisserie en quelques clics et recevez une réponse sous quelques jours. C’est gratuit et totalement confidentiel.

(Illus.) Tapisserie en laine de la manufacture royale d’Aubusson d’après un carton de Jean-Baptiste Huet, v. 1786, Marseille, Grand salon u musée Grobet-Labadié.

 

Estimation d’objet d’art en ligne : comment faire ?

L’expertise en ligne de votre objet se fait facilement, en trois étapes ! C’est gratuit et confidentiel.